Testez votre infrastructure comme vous testez votre code avec Test Kitchen

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
219
Mois de parution
octobre 2018
Domaines


Résumé

Les nouvelles infrastructures sont désormais dans le Cloud, composées de conteneurs, machines virtuelles et autres images. Le nouveau mantra est « Infrastructure as Code » : votre infrastructure est « codée » dans des fichiers de configuration. « Code », car vous pouvez le développer, distribuer et versionner comme tout autre projet de développement. Il est donc logique que des systèmes de tests spécialisés pour ce type de développement particulier, comme Test Kitchen, aient vu le jour.


 

Test Kitchen [1] est un framework de test d’infrastructures : plutôt que de tester vos configurations en production, Test Kitchen vous permet d’automatiser ces tests de manière isolée dans des conteneurs et des machines virtuelles, sur votre poste local. Test Kitchen est développé par Opscode, à qui l’on doit le système de gestion de configuration Chef, même si Test Kitchen ne se limite pas à cet outil ni à sa communauté d’utilisateurs. La configuration de Test Kitchen se fait à l’aide d’un fichier YAML. On commence par définir le pilote (driver) c’est-à-dire le type du fournisseur d’images dans lesquelles faire les tests : Vagrant, Docker, VMware, VSphere, Azure, etc. On définit ensuite une ou plusieurs platforms : c’est-à-dire le conteneur, la machine virtuelle ou l’image à récupérer, à lancer, à configurer, et dans lequel exécuter les tests. On définit ensuite un provisioner, le système qui va converger la plateforme vers...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Tirez parti de votre environnement de travail en ligne de commandes

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Je vous propose de découvrir le monde merveilleux de la ligne de commandes. Pas un tutoriel pour l’utiliser, mais un ensemble d’outils pour tirer profit au maximum de cet environnement. Que vous soyez débutant ou utilisateur expérimenté, je souhaite dans cet article vous montrer comment personnaliser son apparence, vous passer de certains outils graphiques, vous faire découvrir de nouveaux utilitaires, de nouveaux usages et des alternatives à des commandes historiques connues.

À la découverte du gestionnaire de système et de services System Daemon

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Historiquement, les services du système GNU/Linux étaient pris en charge par ce qu’on appelait System V. Cela permettait de lancer des programmes au démarrage de l’ordinateur, mais également de gérer les niveaux d’exécution de différentes parties du système, grâce à des scripts shell placés dans le répertoire /etc/init.d. Après une courte transition par le projet upstart, une grande majorité des systèmes GNU/Linux a basculé sous Systemd (pour System Daemon), plus souple et efficace pour gérer les différents services, mais pas seulement.

Gérez vos gros volumes de données avec Elasticsearch

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Elasticsearch est un SGBD NoSQL qui gagne en popularité ces dernières années de par sa flexibilité et sa gestion facile. Il intègre la notion de cluster qui permet de décentraliser une base de données afin de rendre les requêtes à celle-ci plus rapides, tout en assurant une sécurité plus qu’acceptable. Dans cet article, nous allons gérer une base de données Elasticsearch en nous focalisant principalement sur la manipulation des données. Nous supposerons que vous disposez déjà d’un cluster installé disposant bien évidemment d’un nœud master, comme vu précédemment [1].

À la découverte des namespaces mount et uts

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
247
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

Le namespace mount, premier d'une longue série de namespaces a été ajouté à Linux quelques années après chroot() pour offrir plus de possibilités et de sécurité dans l'isolation des systèmes de fichiers. Introduit peu après et indéniablement plus simple, le namespace uts permet d'instancier les noms de machine. Les conteneurs sont bien entendu les premiers clients de ces fonctionnalités.

Déployer Jenkins CI avec Docker

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Solution appréciée d’intégration continue, Jenkins est un puissant logiciel Java dont l’installation et l’exécution sur un système ne sont pas sans conséquence et à prendre à la légère. Afin de faciliter son déploiement et isoler proprement ce programme du reste de la machine qui l’héberge, nous allons illustrer ici comment le mettre en place, en seulement quelques commandes, à l’aide de Docker.