Première édition des French GNU Radio Days

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
218
|
Mois de parution
septembre 2018
|
Domaines


Résumé
Retour sur la première édition d’une réunion de travail (workshop) dédiée à GNU Radio qui a été organisée les 2 et 3 juillet 2018 à l’INSA de Lyon : French GNU Radio Days.

Body

À vocation de regrouper les chercheurs, universitaires, amateurs, hackers et autres développeurs de dispositifs radiofréquences contrôlés par logiciel, la conférence a attiré une trentaine de participants, principalement des deux organismes organisateurs que sont l’INSA de Lyon et l’institut FEMTO-ST de Besançon. Malgré la vocation européenne de l’évènement, une communication un peu tardive n’a permis de n’attirer qu’un orateur étranger, Paul Boven venu spécialement de Hollande pour nous présenter ses activités sur le radiotélescope de Dwingeloo (voir figure 1, à gauche), exploitant pleinement la puissance du traitement numérique des signaux échantillonnés pour cartographier la distribution de matière détectée par le rayonnement de la raie à 21 cm de l’hydrogène (1,42 GHz) [1] : le décalage Doppler de cette émission informe de la vitesse de la source émettrice, et permet en particulier de cartographier les bras de la galaxie (noter le projet open source radiotélescopeopensourceradiotelescopes.org/ – qui vise le même résultat avec du matériel accessible à l’amateur éclairé). Plusieurs participants grenoblois se sont joints à l’évènement, avec en particulier une présentation du GIPSA/CEA LETI sur la caractérisation de canal radiofréquence par GNU Radio. Le laboratoire XLim de Limoges/Poitiers a été représenté avec une démonstration de communication par émission infrarouge depuis une plateforme Ettus Research USRP modifiée pour moduler le signal optique à quelques MHz. Finalement, une liaison radiofréquence avec un projectile, et en particulier synthèse de faisceau radiofréquence pour diriger la liaison vers la source, a été présentée par l’ISL de Saint Louis. Cette journée de présentation était coupée par diverses démonstrations, en particulier sur l’exécution de GNU Radio sur plateformes embarquées de type Armadeus Systems ou Redpitaya, illustrant l’intégration de GNU Radio et des interfaces graphiques associées dans buildroot (voir figure 1, à droite).

f1

Fig. 1 : Gauche : Paul Boven présente ses activités sur le transfert de temps entre radiotélescopes et l’optimisation de l’utilisation des échantillons lors des calculs de transformée de Fourier en radioastronomie. Droite : Gwenhaël Goavec-Merou présente à Tanguy Risset, co-organisateur de la conférence – l’utilisation de GNU Radio sur plateformes ARM suite à son intégration dans Buildroot.

La seconde journée, dédiée aux travaux pratiques, a vu les participants appréhender divers concepts introduits lors des présentations orales. En parallèle à une introduction au traitement de signaux échantillonnés périodiquement en temps discret - qui fera l'objet prochainement d'une présentation détaillée dans ces pages - les hôtes de la conférence ont présenté la plateforme CorteXlab [2]. Cet ensemble d’émetteurs et récepteurs radiofréquences installé en environnement contrôlé – chambre anéchoïque localisée dans une cage de Faraday – accessible à distance à toute personne enregistrée auprès des coordinateurs du projet, permet de prototyper la robustesse de divers modes de communication ou modulation, et de caractériser le canal de propagation. Afin d’illustrer la portée de cette approche, une délégation colombienne a présenté son utilisation de cette plateforme de développement.

A suivi une présentation de Thomas Lavarenne [3] (voir figure 2) sur l’utilisation des tags pour identifier le début de messages, mis en œuvre sur ADS-B (voir figure 3), ACARS et RDS. Cette approche optimise l’utilisation de GNU Radio et simplifie le post-traitement en permettant par exemple de créer un fichier par trame reçue : dans la démonstration de Thomas, ces fichiers sont ensuite analysés par un script Python qui découpe les bits en mots et restitue la phrase contenant l’identifiant et la position d’un avion émettant ADS-B (1090 MHz). Les participants à la séance de travaux pratiques ont expérimenté avec le récepteur de télévision numérique terrestre (DVB-T) qui leur avait été offert à l’arrivée à la conférence. Finalement, l’écriture d’un bloc de traitement dédié et son intégration dans GNU Radio-Companion a conclu la journée de travaux pratiques.

thomas

Fig. 2 : Thomas Lavarenne présente les tags et leur utilisation pour identifier le début des trames par corrélation avec l’entête connu de chaque paquet.

27ann

Fig. 3 : Exemple de trame acquise pendant la séance de travaux pratiques sur l’utilisation des tags dans le contexte d’ADS-B : le site flightradar24.com confirme l’identité de l’aéronef ayant émis le signal traité.

En parallèle de ces sessions, un challenge était organisé pour pousser les participants à analyser divers signaux radiofréquences émis dans l’amphithéâtre des présentations orales. Le challenge a été résolu au cours de la première journée par au moins deux participants.
Malgré une audience quelque peu réduite compte tenu de la communication tardive autour de l’évènement, ces deux journées ont été fructueuses par les échanges entre participants qui ne se connaissaient pas en arrivant.

Alors que wiki.gnuradio.org/index.php/OutOfTreeModules décrit la rédaction d’un bloc dédié en C++ ou en Python, il se garde d’exploiter une des sources des performances de GNU Radio : la bibliothèque VOLK telle que décrite dans le dernier tutoriel. Il s’avère qu’implémenter la mise au carré du signal d’entrée sous VOLK se réduit à l’unique ligne volk_32f_x2_multiply_32f(out,in,in,noutput_items); dans la méthode general_work du bloc de traitement, défini dans le fichier d’entête volk/volk.h. Est-ce que l’utilisation d’une telle bibliothèque est vraiment utile ? À titre d’exemple, remplacer la corrélation res=0;for (k=0;k<length;k++) res+=data[k]*cacode[k]; par volk_32f_x2_dot_prod_32f(&res,data,cacode,length); permet de gagner un facteur 3 sur le temps d’exécution pour length=219 éléments (processeur Intel i5-3320M) (codes de G. Goavec-Merou).

Un axe fort des démonstrations, rarement disponible dans les conférences plus formelles, était l’illustration de circuits fonctionnels et reproductibles : il s’agissait d’un critère de sélection des présentations. Nous comptons renouveler l’évènement l’année prochaine à Besançon. Tous les résumés, transparents et vidéos des présentations sont accessibles dans la section du programme de http://gnuradio-fr-18.sciencesconf.org/.

Références

[1] SAJE T. et VIDMAR M., « A Compact Radio Telescope for the 21 cm Neutral-Hydrogen Line », J. of Microelectronics, Electronic Components and Materials, 47 (2), p. 113 à 128, 2017.

[2] MASSOURI A., CARDOSO L., GUILLON B., HUTU F., VILLEMAUD G., RISSET T., et GORCE J.M, « CorteXlab: An open FPGA-based facility for testing SDR & cognitive radio networks in a reproducible environment », IEEE Computer Communications Workshops, p. 103 et 104, 2014 et www.cortexlab.fr.

[3] LAVARENNE T., « Une clé TNT pour l’étude expérimentale de signaux radiofréquences mettant en jeu différentes modulations numériques », Bull. Union des Physiciens, 995, juin 2017, disponible sur http://bupdoc.udppc.asso.fr/.


Sur le même sujet

Accès aux attributs et méthodes en Python : une autre voie est-elle possible ?

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
236
|
Mois de parution
avril 2020
|
Domaines
Résumé

Vous vous interrogez toujours sur la gestion des accès aux attributs et méthodes de vos objets Python ? Vous aimeriez écrire du code plus strict, mais vous vous demandez si cela serait vraiment pertinent ? Cet article devrait vous amener des pistes de réflexion.

Hyper terminal : mais pourquoi vouloir changer de terminal ?

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
235
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Le terminal est un élément du système qui n'évolue pas. À quand remonte la dernière mise à jour de votre terminal apportant de nouvelles fonctionnalités ? On peut bien entendu légitimement se poser la question de l'intérêt de nouvelles fonctionnalités, mais quoi de mieux que de tester un terminal « nouvelle génération » pour être certain que notre bon vieux terminal a encore de belles années devant lui ?

Par le même auteur

Anti-leurrage et anti-brouillage de GPS par réseau d’antennes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
110
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

La localisation, la navigation et le transfert de temps (PNT) par constellation de satellites, et notamment le Système de Positionnement Global (GPS), sont devenus omniprésents dans notre quotidien. Le brouillage – volontaire ou non – et le leurrage de ces signaux très faibles sont désormais accessibles à tout le monde, mais les subir n’est pas une fatalité : nous allons aborder les méthodes pour se protéger de tels désagréments afin de retrouver les services d’origine en annulant ces interférants par une approche multi-antennes.

Émulation d’un circuit comportant un processeur Atmel avec simavr

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
34
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Il existe de nombreux cas où le matériel n’est pas disponible pour développer un système embarqué, que ce soit parce que la carte commandée n’a pas encore été livrée, parce que le collègue chargé de la conception du circuit imprimé a fait une erreur ou est en retard, ou parce qu’un virus interdit l’accès aux salles de travaux pratiques de l’Université (Fig. 1). Pour toutes ces raisons, nous désirons appréhender le développement d’un système embarqué sur un émulateur, c’est-à-dire un logiciel capable de fournir une représentation fidèle du comportement du dispositif réel, incluant ses latences et temporisations.

Automatiser les tâches de conception de circuits imprimés : greffons pour KiCAD et FreeCAD

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
238
|
Mois de parution
juin 2020
|
Domaines
Résumé

KiCAD et FreeCAD convergent pour fournir un environnement cohérent de conception électronique et mécanique assistée par ordinateur. Ces deux outils rendent leurs fonctions accessibles depuis Python, langage permettant d’automatiser un certain nombre de tâches répétitives et donc fastidieuses. Nous proposons de rédiger quelques greffons (plugins) pour distribuer des vias [1] le long de lignes de transmissions radiofréquences (KiCAD), puis automatiser la réalisation du boîtier contenant un circuit imprimé avec les ouvertures pour ses connecteurs (FreeCAD).

Analyse d’un brouilleur GPS

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
33
|
Mois de parution
avril 2020
|
Domaines
Résumé

KiCAD a récemment été illustré sur le NE555, le composant réputé comme le plus commercialisé dans l’histoire de l’électronique [1]. Nous pouvons nous interroger sur l’utilisation actuelle de ce composant analogique aux fonctionnalités réduites.Dans le cadre d’une étude sur la robustesse des systèmes de navigation par satellite, nous avons acquis un « bloqueur » GPS. Le budget que nous nous étions alloué pour un tel achat était de 10 euros : l’analyse du système acquis s’avère centrée sur le vénérable NE555. Analysons son fonctionnement et surtout, les conséquences de son utilisation.

Un oscilloscope pour le traitement de signaux radiofréquences : gr-oscilloscope pour GNU Radio 3.7 et 3.8

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
234
|
Mois de parution
février 2020
|
Domaines
Résumé

Nous proposons d’utiliser un oscilloscope radiofréquence comme source de données GNU Radio pour les applications nécessitant une large bande passante, telles que les mesures de temps de vol. Cette exploration sera l’occasion de découvrir la nouvelle mouture de GNU Radio attendue depuis 6 ans, la version 3.8, avec son lot de nouveautés et d’incompatibilités.

Petites antennes réalisées par impression additive : de la conception à la visualisation des diagrammes de rayonnement (en vrai et en virtuel)

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
31
|
Mois de parution
octobre 2019
|
Domaines
Résumé

Les antennes de petites dimensions sont un sujet qui a toujours été à la mode auprès des ingénieurs, désireux de faire rayonner un signal électromagnétique par un conducteur de dimensions aussi réduites que possible (penser « faire tenir une antenne dans un téléphone portable »). Le problème a été abordé très tôt, alors que les émissions sub-MHz, donc avec des longueurs d’onde de plusieurs kilomètres, étaient courantes [1]. Alors qu’il a été rapidement montré qu’il existe des limitations physiques aux performances de telles antennes, qui ne sont déterminées que par le rayon de la sphère englobant l’antenne [2] – et en particulier, sur le facteur de qualité de l’antenne, qui est d’autant plus élevé que l’antenne est petite, réduisant ainsi sa bande passante – le sujet reste d’actualité, dans un contexte de prolifération des objets communiquant par onde radiofréquence, de plus en plus petits [3].