Conjuguer performance et souplesse avec LLVM

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
201
|
Mois de parution
février 2017
|
Domaines


Résumé
Température, pression, vitesse, puissance, sondage, euros, clics, position géographique… tout est mesuré, jaugé, quantifié, comparé, de nos jours ! Et avec pour conséquence un accroissement vertigineux de la quantité de données disponible sur un sujet donné. Cette masse de données fait le régal des « data scientists », et offre des perspectives dans de nombreux domaines, et pas uniquement pour offrir aux consommateurs toujours plus à consommer. Mais quel que soit l’usage que l’on fait de ces données, il faut de la puissance pour traiter très rapidement de grands ensembles, et de la souplesse pour pouvoir explorer sans contrainte. Bref, il nous faut un Lisp la souplesse du Python et les performances du C.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Sur le même sujet

Un oscilloscope pour le traitement de signaux radiofréquences : gr-oscilloscope pour GNU Radio 3.7 et 3.8

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
234
|
Mois de parution
février 2020
|
Domaines
Résumé

Nous proposons d’utiliser un oscilloscope radiofréquence comme source de données GNU Radio pour les applications nécessitant une large bande passante, telles que les mesures de temps de vol. Cette exploration sera l’occasion de découvrir la nouvelle mouture de GNU Radio attendue depuis 6 ans, la version 3.8, avec son lot de nouveautés et d’incompatibilités.

C++ Moderne : C++20 et au-delà

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
234
|
Mois de parution
février 2020
|
Domaines
Résumé

Suite à la conférence de Cologne du mois de juillet 2019, le périmètre de la version C++20 a été figé, et cette version est la plus riche depuis C++11, elle introduit quelques nouveaux concepts significatifs.

Mise en œuvre d’autotools

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
234
|
Mois de parution
février 2020
|
Domaines
Résumé

Le vénérable autoconf reste très utilisé parmi les projets bien établis. Un minimum de compréhension de sa syntaxe et de son fonctionnement permet donc de contribuer efficacement à ceux-ci, voire de proposer un toilettage.

Informatique quantique : l’empire des chats morts-vivants

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
233
|
Mois de parution
janvier 2020
|
Domaines
Résumé

Le célèbre paradoxe du chat, à la fois vivant et mort, expérience de pensée due à Erwin Schrödinger en 1935 [1], est très certainement la « bizarrerie » la plus connue, mais aussi la plus perturbante de la mécanique quantique. Elle avait pour but d’illustrer simplement les paradoxes de la mécanique quantique, à une époque où elle n’était pas encore acceptée par les scientifiques. Pour comprendre le passage du monde quantique (la boîte n’est pas ouverte et contient un chat mort-vivant) au monde classique (la boîte est ouverte et le chat est soit mort soit vivant), nous allons présenter les problèmes de cohérence et de mesure. Partons donc à la chasse aux chats morts-vivants.

Par le même auteur

Primalité et cryptographie

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
214
|
Mois de parution
avril 2018
|
Domaines
Résumé
La France ne cesse de baisser dans les enquêtes PISA, qui évaluent le niveau en mathématiques des jeunes générations. Cédric Villani, médaillé Fields, a remis récemment un rapport pour rétablir la France dans ce classement. Pourtant, la France compte dans son histoire de nombreux mathématiciens d’importance. C’est le cas de Pierre de Fermat, fameux mathématicien, « prince des amateurs » qui avant ses 40 ans, en 1640, a démontré un théorème désormais éponyme : le petit théorème de Fermat. Ce théorème a à son tour été exploité par Ronald Rivest, Adi Shamir et Leonard Adelman, eux aussi de fringants trentenaires en 1977, année où ils mirent au point le fameux algorithme de chiffrement, lui aussi éponyme : RSA. Voyons ce qu’il y a de si remarquable dans ces maths qui n’impliquent que de simples opérations arithmétiques.

Utilisez la régression linéaire pour la prédiction

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
94
|
Mois de parution
janvier 2018
|
Domaines
Résumé
Face à la complexité d’un ensemble de données, le data scientist commence par les scruter sous tous les angles. Cette analyse graphique permet parfois de mettre en évidence des relations entre différentes dimensions. Dans ces cas-là, il est alors tentant de quantifier cette relation. Parmi les outils à la disposition du data scientist, la régression linéaire est l’un des plus simples, dont nous allons voir qu’il ne permet pas uniquement de lier des données selon une relation linéaire.