Édito

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
195
|
Mois de parution
juillet 2016
|


Résumé
Voici venu le temps... des vacances (« l’île aux enfants » c’est fini depuis un petit moment déjà) ! Nous allons pouvoir en profiter pour nous reposer et aussi pour apprendre et tester tout ce que nous n’avons pas eu le temps de faire tout au long de l’année. Pourquoi continuer à « apprendre » alors que l’on pourrait simplement se laisser griller au soleil sur un rocher ?

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Par le même auteur

SpaceVim, une distribution de Vim prête à l'emploi

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
236
|
Mois de parution
avril 2020
|
Domaines
Résumé

Sans aucun lien avec Space Invaders, SpaceVim (justement sans espace entre Space et Vim) vous propose une nouvelle façon de gérer les plug-ins et la configuration de votre éditeur favori. Penchons-nous sur cette solution, pour savoir si le grand ménage de notre .vimrc doit avoir lieu.

Accès aux attributs et méthodes en Python : une autre voie est-elle possible ?

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
236
|
Mois de parution
avril 2020
|
Domaines
Résumé

Vous vous interrogez toujours sur la gestion des accès aux attributs et méthodes de vos objets Python ? Vous aimeriez écrire du code plus strict, mais vous vous demandez si cela serait vraiment pertinent ? Cet article devrait vous amener des pistes de réflexion.

Édito

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
236
|
Mois de parution
avril 2020
|
Résumé

Scandaleux ! Comment GNU/Linux Magazine a-t-il pu tomber aussi bas et surfer sur la peur du 2019-nCov ? Tout d'abord, pour être tout à fait précis, de nombreux termes ayant circulé dans les médias, 2019-nCov est le premier nom donné au virus qui serait apparu la première fois sur le marché de Wuhan en Chine en 2019, d'où le nom de 2019-nCov pour nouveau Coronavirus 2019.

Édito

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
235
|
Mois de parution
mars 2020
|
Résumé

L'autre jour, au restaurant, j'étais attablé derrière une table de développeurs. J'étais donc incognito, et c'est alors que d'une oreille distraite je pus les entendre fustiger les choix patronaux d'employer des développeurs indiens. Et là je me dis : tiens, voilà un bon sujet d'édito ! En effet, cela fait déjà quelque temps que le développeur indien sévit sur nos terres... mais que lui reproche-t-on au juste ?