Atteindre le Graal : écrire son propre langage de programmation

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
192
|
Mois de parution
avril 2016
|
Domaines


Résumé
Il est des quêtes dont on revient forcément changé. Celle que je vous propose est la quête ultime, celle que doit mener tout programmeur pour pouvoir un jour asséner avec force et sérénité cette affirmation : j'ai créé mon propre langage de programmation !

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Sur le même sujet

Coder une interface CLI avec des selectbox, des barres de progression, de la complétion… le tout en Python

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
233
|
Mois de parution
janvier 2020
|
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous allons découvrir le module Python cleo qui permet de créer des consoles en CLI avec des couleurs, du formatage de texte et de tableaux, des selectbox, des champs de saisie avec complétion et un module de complétion pour bash/zsh, et même fish !

Les bases de la modélisation en UML

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
106
|
Mois de parution
janvier 2020
|
Domaines
Résumé

Ah, l'UML et ses diagrammes qui font fuir certains développeurs, persuadés qu'il s'agit de documents inutiles : j'ai une idée, je code et ça marche… Certes, pour un petit script la technique fonctionne, mais pour un projet de plus grande envergure, il n'est pas inutile de travailler la modélisation !

Informatique quantique : l’empire des chats morts-vivants

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
233
|
Mois de parution
janvier 2020
|
Domaines
Résumé

Le célèbre paradoxe du chat, à la fois vivant et mort, expérience de pensée due à Erwin Schrödinger en 1935 [1], est très certainement la « bizarrerie » la plus connue, mais aussi la plus perturbante de la mécanique quantique. Elle avait pour but d’illustrer simplement les paradoxes de la mécanique quantique, à une époque où elle n’était pas encore acceptée par les scientifiques. Pour comprendre le passage du monde quantique (la boîte n’est pas ouverte et contient un chat mort-vivant) au monde classique (la boîte est ouverte et le chat est soit mort soit vivant), nous allons présenter les problèmes de cohérence et de mesure. Partons donc à la chasse aux chats morts-vivants.

Gestion de projets Python avec Pyenv et Pipenv : effet de mode ou solution efficace ?

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
106
|
Mois de parution
janvier 2020
|
Domaines
Résumé

Dans le cadre de développements Python, il y a deux éléments cruciaux : la gestion des environnements virtuels et la gestion des dépendances. Pour cela, il existe deux outils très efficaces : Pyenv et Pip. De plus en plus de développeurs substituent Pipenv à Pip et, en le couplant à Pyenv, présentent cela comme LA solution ultime ! Mais est-ce réellement le cas ?

Par le même auteur

Primalité et cryptographie

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
214
|
Mois de parution
avril 2018
|
Domaines
Résumé
La France ne cesse de baisser dans les enquêtes PISA, qui évaluent le niveau en mathématiques des jeunes générations. Cédric Villani, médaillé Fields, a remis récemment un rapport pour rétablir la France dans ce classement. Pourtant, la France compte dans son histoire de nombreux mathématiciens d’importance. C’est le cas de Pierre de Fermat, fameux mathématicien, « prince des amateurs » qui avant ses 40 ans, en 1640, a démontré un théorème désormais éponyme : le petit théorème de Fermat. Ce théorème a à son tour été exploité par Ronald Rivest, Adi Shamir et Leonard Adelman, eux aussi de fringants trentenaires en 1977, année où ils mirent au point le fameux algorithme de chiffrement, lui aussi éponyme : RSA. Voyons ce qu’il y a de si remarquable dans ces maths qui n’impliquent que de simples opérations arithmétiques.

La malédiction de la dimension

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
94
|
Mois de parution
janvier 2018
|
Domaines
Résumé
Il existe une terrible malédiction à laquelle se heurte le data scientist : la malédiction de la dimension. Ce terrible fléau frappe lorsque le nombre de variables d’un ensemble de données devient trop important. Dans ce cas, afin de permettre une analyse précise dans chacune des dimensions, il faut un ensemble de mesures tout à fait gigantesque. De plus, la multiplication des dimensions rend l’analyse très complexe. Difficile pour un humain d’appréhender les relations entre autant de variables.