Le secrétariat d’État au numérique : où en est-on ?

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
186
Mois de parution
octobre 2015
Domaines


Résumé
D’une fonction créée de toutes pièces par le président Nicolas Sarkozy et qui aurait pu être très atypique est ressorti un secrétariat d’État tellement normal qu’il en est presque anecdotique et il n’y a guère que les geeks pour s’y intéresser. Même les entrepreneurs les plus aguerris ont abandonné tout espoir durant ce quinquennat de voir quelque chose de réellement innovant en ressortir. Bilan à mi-mandat de ce portefeuille normal sinon banal pour ne pas dire sans intérêt.


S’il est un portefeuille scruté avec attention par tous les internautes, c’est bien le secrétariat d’État au numérique, figure tutélaire de notre écosystème. À mi-mandat du président François Hollande, il nous a paru intéressant de faire un bilan des différentes actions menées, actions dont la trajectoire semble parfois un peu nébuleuse.

Les habitué(e)s de ces colonnes ne seront pas surpris : avant de nous plonger dans l’action présente du secrétariat d’État au numérique, revenons sur sa genèse.

1 Peser sur la scène Internet

En avril 2007, en pleine campagne pour l’élection présidentielle, le candidat Nicolas Sarkozy, à travers une tribune « la France à l’ère du numérique », détaille les mesures phares de son programme pour tout ce qui touche à ce domaine. En premier lieu, mettre en place une stratégie au niveau étatique pour la gouvernance d’Internet, notamment pour peser dans et sur les instances mondiales, mais également parce que...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

L’hameçonneur hameçonné

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
246
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Nous recevons tous régulièrement de nombreux mails de phishing. Ils sont même tellement nombreux que l’on n’y prête plus guère attention. Alors, comment certaines personnes peuvent-elles encore se laisser prendre dans des filets aussi grossiers...