Automatisez à outrance avec Ansible !

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
178
Mois de parution
janvier 2015
Domaines


Résumé
C'est bien connu, un bon développeur est un développeur paresseux. C'est encore plus vrai pour un administrateur réseau/système. Il n'y a rien de plus ennuyeux et inefficace que de devoir répéter les mêmes tâches encore et encore. C'est là le mot d'ordre du projet Ansible : automatiser tout ce qui peut l'être.

Au même titre que ces confrères et prédécesseurs que sont Chef, Puppet, CFEngine, Juju, Salt et bien d'autres encore, le projet (Open Source et avec variante commerciale) Ansible peut se définir comme un moteur d'orchestration, une plateforme permettant la configuration et l'administration distante d'une flotte infinie d'ordinateurs (et/ou serveurs). Relativement jeune (la première version datant du 20 février 2012), Ansible cherche à se différencier de ses compétiteurs (les acteurs majeurs ont plus de 10 ans) par une très grande simplicité d'utilisation et d'apprentissage. En premier lieu, et c'est la différence principale avec Chef et Puppet, Ansible utilise une architecture sans agents. Là où ses deux prédécesseurs requièrent la présence préalable d'un daemon tournant sur la machine à administrer, Ansible ne requiert qu'un serveur SSH. Potentiellement, toute machine UNIX disposant d'un serveur SSH est donc nativement administrable via Ansible. Le potentiel...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Aller plus loin avec coreboot

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
110
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Rappelez-vous dans le numéro 220 de GNU/Linux Magazine, j’avais écrit un petit article sur coreboot, le BIOS libre. Je vous propose cette fois d’aller plus loin, en explorant quelques façons de sécuriser un peu le processus de boot, et plus encore.

Les utilitaires relatifs aux namespaces

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
240
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Après un premier article [1] sur la notion de namespace et de conteneur avec un passage en revue des appels système, ce second opus se concentre sur les commandes mises à disposition de l’utilisateur.

Supervision des architectures à microservices avec Prometheus

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
121
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Lorsqu’on supervise des services statiques, tel qu’un serveur apache ou un serveur de base de données, on se concentre sur le bon fonctionnement de ces derniers (réponse aux requêtes, état : démarré ou non...) et donc un outil de supervision est nécessaire pour évaluer le statut du service en question. Un outil comme Nagios est destiné à ce type de supervision. Mais si nos services sont susceptibles de disparaître à tout moment et sont remplacés par de nouvelles instances, comment pourra-t-on les superviser ? S’ils ne sont pas déployés sur leurs hôtes d’origine, comment peut-on les localiser dans ce cas ? Et si ces services sont sous forme de conteneurs, comment alors superviser les processus à l’intérieur de ces conteneurs ? Et enfin, si ces services sont déployés dans un orchestrateur à l’instar de Kubernetes, et donc sous forme de pod, comment superviser l’ensemble de ces pods repartis sur différents nœuds ? Dans cet article, nous répondons à toutes ces questions avec des cas pratiques. Mais voici déjà un indice concernant la réponse : Prometheus.

Premiers pas et prérequis

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
48
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Dans ce premier chapitre, nous allons aborder de nombreux sujets, allant du respect des conditions d’utilisation de « Red Hat Enterprise Linux » (RHEL), de l’installation du système, de sa connexion au réseau « Red Hat » jusqu’à la description de notre cas d’étude. Une fois ces prérequis évoqués et ces étapes préliminaires étudiées, nous passerons au vif du sujet en installant Ansible, que nous utiliserons dans le prochain chapitre afin de commencer à mettre en place notre serveur.