GNU/Linux Magazine N°
Numéro
169

Routage OSPF avec BIRD !

Temporalité
Mars 2014
Article mis en avant

Dans ce numéro...


Les forces de l'alliance risquent d'envahir le monde... de l'automobile !
À chaque année sa nouvelle version de PostgreSQL. Toutes les versions 9.x de PostgreSQL sont sorties à la rentrée, en septembre pour être précis. Cette version ne déroge pas à la règle. Elle est sortie le 4 septembre. Une première version corrective est sortie le 10 octobre, et une deuxième le 5 décembre. Il est temps de se pencher sur les nouveautés de cette version, qui commence à arriver en production chez de nombreux utilisateurs.
Qui n'a jamais été intéressé par la mise à disposition d'un script bash auto-extractible pour la livraison d'un logiciel donné ? Nous allons voir comment cela fonctionne et quels outils peuvent être utilisés.
Dans notre précédent article, nous avons vu comment créer simplement un applicatif Android en Python. Nous allons maintenant détailler comment cross compiler simplement du C++ vers la plateforme Android pour booster les performances.
Ah les mathématiques ! Nous y avons tous été confrontés un jour ou l'autre pendant notre scolarité... Mais est-ce que ça vous sert pour écrire des programmes ?
Après après avoir découvert le projet d'infrastructure Cloud « as a Service » OpenStack au sein du numéro 165, intéressons-nous désormais à son déploiement de manière très pratique. Comme nous allons nous en rendre compte, rien n'est moins simple ;-)
Si Puppet vient déjà naturellement avec le support de nombreux produits et outils, et que PuppetForge regorge aussi de nombreux modules complémentaires, il n'en reste pas moins que la plupart des systèmes d'information incorporent des logiciels « maison », ou simplement trop spécifiques pour bénéficier du support de la communauté. Heureusement, Puppet, comme pratiquement toutes les solutions open source, propose un mécanisme d'extensions permettant d'ajouter aisément le support de nouvelles « ressources », que nous allons étudier en détails dans cet article.
Reprenons l'histoire du hacker à qui on a demandé de créer des pages web pour le suivi de la production logicielle de la société. Comme tout hacker qui se respecte, il préfère que la machine fasse son boulot à sa place. Pour ce faire, il a mis en place une base de données MySQL, un ORM (DBIx:Class). Reste maintenant à fournir un serveur web pour exploiter les données de cette base.
Acteur majeur du Web depuis plus d’une décennie, Google ne cesse de travailler à proposer des solutions visant à rendre le Web plus rapide et plus riche. Toujours prompt à faire bouger les lignes, le géant de Mountain View est à la pointe de l’innovation et nous le prouve une fois de plus avec sa plateforme Dart qui vient de fêter sa version 1.0. Indissociable de JavaScript dont elle assure la compatibilité tout en comblant ses lacunes, Dart offre un environnement moderne et efficace pour réaliser des applications web riches. Plongée au cœur d’une technologie prometteuse combinant performance et productivité.
La première partie de cet article consacré à Dart a permis de faire un tour d’horizon de la plateforme et de ses spécificités, tout en proposant une prise en main du langage. Plutôt théorique, cette introduction était le prérequis à la suite de l’article avec la mise en pratique sur un cas d’usage concret : la réalisation d’une application web utilisant Dart de bout en bout, côté client et côté serveur.
Bien que GNU/Make soit devenu un standard, redo a été développé comme une alternative devant combler les lacunes de l'outil initial. Nous allons voir comment l'utiliser.

Magazines précédents

Les derniers contenus premiums