OpenIndiana 151a et Oracle Solaris 11

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
147
Mois de parution
mars 2012
Domaines


Résumé
OpenIndiana 151a - un fork du projet OpenSolaris - a été publiée le 14 septembre 2011. C'est la cinquième distribution depuis le lancement du projet. Cette version devrait servir de base à une version stable. Annoncée pour fin 2011, elle n'est toujours pas disponible. De son côté, Oracle a publié le 9 novembre 2011 la première version commerciale de Solaris 11 identifiée de manière calendaire 11/11. Un des buts affichés d'OpenIndiana est de fournir une distribution binairement compatible avec Solaris 11 et gratuite, ce qu'elle est effectivement. Bien que les 2 distributions présentent quelques différences, OpenIndiana constitue une alternative aussi crédible que CentOS ou Scientific Linux le sont vis-à-vis de la distribution Red Hat RHEL. Enfin, Openindiana est une excellente distribution pour se former à Solaris 11 et dotée des mêmes fonctions avancées que sont ZFS, SMF, IPS, Zones, RBAC, etc.

1. Bref historique d'OpenIndiana

Le rachat de Sun Microsystems par Oracle a provoqué l'abandon du projet OpenSolaris sous sa forme initiale et à l'arrêt de la publication des sources du composant principal OS/Net - ON en abrégé - constitué du noyau et des utilitaires ligne de commandes. Cet arrêt a conduit deux groupes de développeurs à créer d'une part le projet IllumOS pour remplacer le composant OS/Net et le projet OpenIndiana dont le but est de fournir une distribution libre et gratuite basée sur IllumOS associé aux autres composants d'OpenSolaris demeurés libres et binairement compatible avec Solaris 11.

Alors que les 2 premières distributions appelées oi_147 et oi_148 étaient basées sur le dernier build inachevé demeuré public d'OpenSolaris snv_147, les suivants oi_148b, oi_151 et 151a sont basés sur le code Illumos. Ces 5 distributions successives ont un statut de version bêta. À la version 151a a succédé une version déclarée prestable. Il semble que...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

À la découverte du gestionnaire de système et de services System Daemon

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Historiquement, les services du système GNU/Linux étaient pris en charge par ce qu’on appelait System V. Cela permettait de lancer des programmes au démarrage de l’ordinateur, mais également de gérer les niveaux d’exécution de différentes parties du système, grâce à des scripts shell placés dans le répertoire /etc/init.d. Après une courte transition par le projet upstart, une grande majorité des systèmes GNU/Linux a basculé sous Systemd (pour System Daemon), plus souple et efficace pour gérer les différents services, mais pas seulement.

Gérez vos gros volumes de données avec Elasticsearch

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Elasticsearch est un SGBD NoSQL qui gagne en popularité ces dernières années de par sa flexibilité et sa gestion facile. Il intègre la notion de cluster qui permet de décentraliser une base de données afin de rendre les requêtes à celle-ci plus rapides, tout en assurant une sécurité plus qu’acceptable. Dans cet article, nous allons gérer une base de données Elasticsearch en nous focalisant principalement sur la manipulation des données. Nous supposerons que vous disposez déjà d’un cluster installé disposant bien évidemment d’un nœud master, comme vu précédemment [1].

Retour sur une stratégie de migration à grande échelle : l’exemple de la Gendarmerie Nationale

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Le lieutenant-colonel Stéphane Dumond, chef de bureau IT au sein du Service des Technologies et des Systèmes d’Information de la Sécurité Intérieure a accepté de revenir avec nous sur les enjeux de la migration à grande échelle réalisée par la Gendarmerie Nationale. Vous découvrirez dans ces lignes son retour d’expérience sur le sujet, de la stratégie suivie, aux objectifs visés en passant par les difficultés rencontrées et les bénéfices constatés à court et long terme.

À la découverte des namespaces mount et uts

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
247
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

Le namespace mount, premier d'une longue série de namespaces a été ajouté à Linux quelques années après chroot() pour offrir plus de possibilités et de sécurité dans l'isolation des systèmes de fichiers. Introduit peu après et indéniablement plus simple, le namespace uts permet d'instancier les noms de machine. Les conteneurs sont bien entendu les premiers clients de ces fonctionnalités.