Les articles de GNU/Linux Magazine N°146

Article mis en avant

Débarrassez-vous de l'administration SMTP/POP3/IMAP (et confiez votre messagerie à Google)

Disposer de son propre système de messagerie est à la fois gratifiant, éducatif et pratique. Qu'il s'agisse d'un serveur à titre personnel/privé ou pour une petite structure, le fait d'avoir la main mise sur la configuration complète d'un domaine permet toutes les variations et toutes les optimisations. Mais tout cela a un coût en termes de maintenance et d'évolution du système. Et ces deux éléments sont fortement dépendants des demandes et besoins (imaginaires ou avérés) de vos utilisateurs. On ne sait pas toujours à quoi on s'engage en installant, tout heureux, son premier serveur SMTP. Parfois (souvent ?), on le regrette amèrement.
Pourquoi ? Après quelques mois d’utilisation de Google+, je pense conserver l’uti- lisation de ce service. Il n’y a pas eu de Facebookisation, du moins en ce qui me concerne.
Dans la première partie, nous avons couvert les nouveautés en termes de réplication, de sécurité et de performances. Cependant, il reste plein de fonctionnalités à découvrir, ainsi qu'un changement important dont il faut tout particulièrement se méfier. Tout à la fin, nous aborderons ce qu'il faut attendre de la prochaine version de PostgreSQL.
Le 4 janvier, le noyau Linux 3.2 est sorti. Malgré une gestation qui aurait pu être contrariée par une période chargée en fêtes majeures, de Thanksgiving aux réveillons de fin d'année, il arrive parfaitement dans les temps : environ deux mois et demi après son prédécesseur. Et sa richesse en nouveautés, dans des domaines aussi variés que le stockage, la sécurité, ou encore la gestion mémoire, les control groups, et bien d'autres... saura vous occuper suffisament pour oublier la morosité ambiante accompagnant ce début de nouvelle année. Nous mettons, comme à l'accoutumée, quelques-unes d'entre elles en relief dans les colonnes qui suivent.
Tellement de machines et si peu de temps... C'est ce que chacun d'entre nous pense, s'il a plusieurs systèmes à gérer. Les tâches d'installation et d'administration prennent du temps et sont souvent répétitives, des scripts faits maison deviennent vite ingérables... C'est pourquoi je vous propose de découvrir Chef, un système de gestion de configuration.
Il arrive parfois dans la vie professionnelle qu'un chef, pour une raison ou une autre, valable ou non, décide que le sysadmin est aussi capable de gérer les bases de données. Malgré de nombreuses heures passées à essayer vainement de lui expliquer la différence entre sysadmin et DBA, on se retrouve embringué dans une galère qu'on ne maîtrise pas. Il arrive aussi qu'on le fasse volontairement car on s'aperçoit que l'on est le seul en lice à ce moment précis et qu'il faut bien donner satisfaction au client. Donc, après les (lourdes) réserves d'usage, on se lance...
Dans l'article précédent, nous avons commencé à manipuler l'environnement de développement de Pharo. Nous allons ici examiner plus en détail les outils qui font la puissance de Smalltalk : le browser, le debugger et autres aides à l'écriture des programmes.
GIMP est un logiciel libre et gratuit, disponible pour Linux comme pour Windows, permettant la manipulation d’images. Il est un pilier essentiel du projet GNU et toute sa force repose sur le projet GTK+ (dont il est à l’origine), sur la possibilité d’intégrer des ressources additionnelles aisément (brosses, effets, filtres, polices, …) et sur les possibilités avancées de scriptage et d’extension de l’application grâce à la création de greffons. Cet article permet la découverte du scriptage de GIMP et l’écriture de greffons par l’utilisation de Python.