Redmine et Git pour gérer vos projets avec accès privés

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
145
Mois de parution
janvier 2012
Domaines


Résumé
Dans GLMF 117, Guillaume Mazoyer nous a présenté Redmine pour la gestion de projets avec comme partenaire, pour la gestion de révision, Subversion, et ce, dans le cas d'un code ouvert au public. Ici, nous allons nous intéresser à des projets « privés » produits par une petite équipe de développeurs qui pourront collaborer (modification du code source) de manière sécurisée (utilisation de ssh). Cependant, tout ceci sera transparent pour eux comme pour les gestionnaires de projets. En effet, tout sera réalisé par l'intermédiaire de l'interface web de Redmine une fois tous les outils configurés.

1. Introduction

Un gestionnaire de version (SCM : Source Code Management) est un outil indispensable pour le développement d'applications. Il enregistre toutes les modifications apportées au code source de l'application. On possède donc une sauvegarde et un historique du développement. On peut donc travailler plus sereinement en sachant qu'en cas de problème, on peut toujours faire marche arrière. Un autre avantage avec ce type d'outil est que l'on peut travailler à plusieurs sur la même base du code et ainsi profiter de toutes les modifications. Il existe 2 types de gestionnaire : les systèmes centralisés et décentralisés [1].

Avec des gestionnaires de versions centralisés, (CVS, Subversion), il n'existe qu'un seul dépôt des versions qui fait référence. Cela simplifie la gestion des versions, mais est contraignant si vous n'avez pas accès au réseau ou encore que vous travaillez sur des branches expérimentales.

La gestion de versions décentralisée (Git,...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Automatiser intégralement la mise en place de Wildfly avec Ansible

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Si les outils comme Ansible permettent d’aller très loin dans l’automatisation d’un déploiement logiciel, ils sont souvent limités dans leurs capacités de réglage fin d’un outil aussi complexe et avancé qu’un serveur Java EE tel que Wildfly (ou son pendant commercial, JBoss EAP). Afin de résoudre cette problématique, l’outil JCliff a été développé pour permettre à Puppet (un concurrent d’Ansible) de s’intégrer sans difficulté avec ce serveur applicatif. Cet outil est maintenant aussi intégré avec Ansible sous la forme d’une collection et cet article propose un tour exhaustif des capacités d’automatisation du déploiement et de la configuration des sous-systèmes de Wildfly à l’aide de cette nouvelle extension.

Recherchez efficacement des fichiers ou du texte avec find et grep

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Dans la vie de tous les jours, lorsque l'on perd un objet, on se retrouve la plupart du temps seul face à sa mémoire, sans personne pour vous indiquer où vous avez bien pu poser ces #$*!@& de clés ! Sous Linux, il existe des outils bien pratiques qui vous permettront de gagner un temps appréciable...

Installer et administrer un serveur d’impression CUPS

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Lorsqu’on travaille sur un réseau ou en local, il est très pratique de pouvoir imprimer depuis son poste de travail en toute transparence. Qu’une imprimante soit directement connectée à un ordinateur ou bien soit partagée par un serveur dédié, l’utilisateur doit en effet être en mesure d’envoyer ses documents dans une file d’attente (spooler) qui sera en charge de traiter les impressions. Par le passé, c’était le serveur LPRng (via LPD) qui monopolisait l’impression sur les systèmes de type Unix. Mais l’arrivée de CUPS a changé la donne.