Kerberos, le SSO universel : 4- Relation de confiance entre royaumes

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
143
Mois de parution
novembre 2011


Résumé

Jusqu'ici, les exemples présentés concernaient l'accès à des ressources appartenant au même royaume Kerberos que l'utilisateur. Or, ceci n'est pas toujours le cas dans la réalité, lorsqu'il existe plusieurs royaumes Kerberos différents au sein d'une même entité. Cette situation peut être volontaire, les différents royaumes jouant une fonction de cloisonnement, ou non, typiquement lorsqu'un domaine Active Directory est mis en place pour gérer un parc de machines Windows et qu'il vient avec son propre royaume Kerberos.


Comme vu précédemment, le principe de base de l'authentification Kerberos consiste à présenter un ticket d'accès à une ressource. Ce ticket s'obtient auprès du KDC du royaume Kerberos auquel appartient cette ressource, à condition de pouvoir s'y authentifier. Le mécanisme de SSO consiste à s'authentifier une fois auprès du service d'authentification (AS) via un secret partagé entre l'utilisateur et le KDC, le mot de passe, lors du dialogue AS-REQ/AS-REP, puis à s'authentifier ensuite autant de fois que nécessaire auprès du service de tickets (TS) via le ticket récupéré à l'étape précédente, lors du dialogue AS-REQ/AS-REP (figure 1).

 

service_own_realm

 

Figure 1 : Accès à une ressource du royaume de l'utilisateur

Dans le cas où cette ressource appartient à un autre royaume, il n'y a plus de secret partagé entre l'utilisateur et le KDC susceptible de délivrer le ticket souhaité et donc, aucune possibilité d'initier le mécanisme (figure 2).