Mon petit Naël est un vrai djeun, il m tro lé SMS

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
141
|
Mois de parution
septembre 2011
|


Résumé
Le but de cet article est de tenter de piloter un téléphone portable via les commandes AT afin d’envoyer un SMS. On en profitera au passage pour coupler notre « pilotage » avec un serveur de mails. L’idée est d’envoyer un mail à un serveur de mails qui le traduira en SMS.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Par le même auteur

L’Android, c’est fait pour les enfants

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
151
|
Mois de parution
juillet 2012
|
Résumé
Cet article a pour objectif de montrer comment faire une application Android reposant sur une application web. Autrement dit, nous allons embarquer dans Android un moteur J2EE, une base de données et une Web Application. Cet article défend l’idée que pour un certain type d’application, il n’est pas utile de programmer une « vraie » application Android et qu’une simple application web suffit. Le fait d’héberger sur le téléphone l’application web permettra de gérer un mode déconnecté via une base de données embarquée et une synchronisation vers un serveur central à travers du XML-RPC.

Mon petit Naël est un vrai djeun, il m tro lé SMS

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
141
|
Mois de parution
septembre 2011
|
Résumé
Le but de cet article est de tenter de piloter un téléphone portable via les commandes AT afin d’envoyer un SMS. On en profitera au passage pour coupler notre « pilotage » avec un serveur de mails. L’idée est d’envoyer un mail à un serveur de mails qui le traduira en SMS.

Mon petit Naël n’aime pas les fichiers de configuration XML… et moi non plus !

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
134
|
Mois de parution
janvier 2011
|
Résumé
L’arrivée vers 2003 des applications Web 2.0 a profondément changé le fonctionnement des interfaces graphiques. Auparavant, le monde se partageait globalement en deux : les applications desktop ou « clients lourds » et les applications légères dites « web ». Depuis le Web 2.0, on constate une transition des applications « lourdes » vers des équivalents web. Ceci ne serait pas gênant si la façon de programmer les deux types d’application était similaire. Or, force est de constater que, jusqu’à l’apparition du framework Vaadin, pour plein de bonnes ou mauvaises raisons, ce n’était pas le cas. C’est pourquoi cet article se penche sur cette librairie magique qui permet de créer une application web avec les mêmes méthodes que les clients lourds.