Buildbot, ou comment contribuer au réchauffement climatique

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
141
|
Mois de parution
septembre 2011
|


Résumé
Bien souvent, quand on travaille sur un projet avec un certain nombre de contributeurs, on met en place une infrastructure de compilation et tests automatiques, pour vérifier qu'un commit ne pète pas un autre bout du code. De plus, on veut pouvoir tester la portabilité de son code sur divers systèmes d'exploitation, ainsi que diverses architectures matérielles. Dans le cadre de la maintenance et du packaging des divers ports mozilla sur OpenBSD (Firefox, mais aussi Thunderbird, Xulrunner, Seamonkey, Fennec aka Firefox mobile et Sunbird), je me suis donc intéressé à buildbot, un système développé en Python permettant d'automatiser la compilation d'un code sur diverses machines.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Par le même auteur

Architecture des pkg_tools d'OpenBSD et outils connexes

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
74
|
Mois de parution
septembre 2014
|
Domaines
Résumé
Derrière ce titre se cache beaucoup de magie. En effet, autour des commandes de base utilisées pour manipuler les paquets sous OpenBSD (telles que pkg_add, pkg_info, pkg_delete...) se trouve un ensemble d'outils pour chercher, vérifier, récupérer, signer, et que sais-je encore faire avec les paquets, ainsi qu'une API Perl. Oui, les pkg_tools sont écrits en Perl. Pas en Python, ni en Ruby, ni en Go, ni en Fortran, ni en Scala, ni en Swift, ni en Dart.... Le bon vieux Perl qui fait chaud aux yeux quand on lit son code.

Comment recycler de vieilles machines pour construire des paquets signés pour OpenBSD ?

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
74
|
Mois de parution
septembre 2014
|
Domaines
Résumé
Pour des raisons X ou Y, il se trouve que des fois on ne veut pas utiliser les paquets fournis par les miroirs officiels OpenBSD. On peut être en environnement fermé/paranoïaque/NSA-compliant, et vouloir re-construire soi-même tous les paquets ou alors (et c'est le cas d'utilisation que je vais exposer ici), on peut vouloir faire des builds de tout le ports-tree avec des diffs non encore validés, mais pouvant impacter une bonne partie de l'arbre (par exemple, une mise à jour majeure de glib/gtk, ou de WebKit, ou de Python...).

Buildbot, ou comment contribuer au réchauffement climatique

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
141
|
Mois de parution
septembre 2011
|
Résumé
Bien souvent, quand on travaille sur un projet avec un certain nombre de contributeurs, on met en place une infrastructure de compilation et tests automatiques, pour vérifier qu'un commit ne pète pas un autre bout du code. De plus, on veut pouvoir tester la portabilité de son code sur divers systèmes d'exploitation, ainsi que diverses architectures matérielles. Dans le cadre de la maintenance et du packaging des divers ports mozilla sur OpenBSD (Firefox, mais aussi Thunderbird, Xulrunner, Seamonkey, Fennec aka Firefox mobile et Sunbird), je me suis donc intéressé à buildbot, un système développé en Python permettant d'automatiser la compilation d'un code sur diverses machines.