Les opérations booléennes en VHDL

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
136
Mois de parution
mars 2011


Résumé
Le VHDL est un langage posé, réfléchi, standardisé, il ne laisse donc pas la place au hasard. Il a été conçu afin de remplir des objectifs précis et il fournit de nombreuses et puissantes fonctionnalités. Or il en manque une qui fait cruellement défaut et dont l'absence est très surprenante : on ne peut pas effectuer les opérations logiques de base (opérations booléennes ou de décalage de bits) sur les nombres entiers. Heureusement, cela n'est plus un problème insurmontable lorsqu'on dispose de GHDL, le simulateur libre pour lequel il est facile d'écrire des extensions puissantes.

1. Introduction

Comment peut-on programmer dans de bonnes conditions lorsque le langage ne dispose pas des opérations booléennes ? Nous allons voir qu'on peut plus ou moins s'arranger avec les moyens du bord, mais alors le résultat n'est pas brillant. Il faut vraiment entrer dans les détails pour obtenir des résultats et des performances presque décentes, bien qu'une modification du compilateur et du standard VHDL soit la meilleure solution à long terme. Mais avant d'en arriver à ces extrémités, nous aborderons un nouvel aspect du langage : comment « surcharger » les opérateurs standards.

1.1 Rappels

Comme les articles précédents l'ont expliqué et montré, le VHDL est un langage de haut niveau [1], conçu pour permettre différentes approches pour la description d'un circuit logique : comportemental, structurel, flux de données, ... On peut même combiner les différentes approches pour prendre les aspects du langage qui conviennent le mieux pour chaque cas.

Un circuit...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite