Les articles de GNU/Linux Magazine N°133

Article mis en avant

Cluster basé sur Red Hat Cluster Suite

Dans une production informatique, certains services sont particulièrement critiques. Pour assurer la disponibilité de ces services, nous avons à notre disposition les technologies de cluster. Cet article présente la mise en place d'un cluster à trois nœuds pour héberger les services critiques de notre infrastructure : nous passerons en revue la clusterisation aussi bien de LVM que des services.

La mort annoncée (et inévitable) de la télévision
Suite à la fusion d'Oracle avec Sun Microsystems, Oracle a complètement investi le secteur du libre en reprenant les technologies Sun. Mais quelle est la place du libre et de Linux chez ce géant de l’informatique qui fusionne à tour de bras ? Il est temps de faire un petit bilan en se basant sur les annonces qui ont été faites ces derniers temps.
Les dépôts de paquets du projet Debian facilitent l'installation et la mise à jour des composants de votre système. Les programmes sont ainsi téléchargés, installés puis configurés automatiquement. Ces fonctionnalités presque magiques que d'autres systèmes d'exploitation n'offrent toujours pas à leurs utilisateurs vous sont devenues indispensables. Mais saviez-vous que le projet Debian vous permet d'aller beaucoup plus loin dans ce concept, en vous offrant de nombreuses ressources qui vont faire évoluer votre vision de l'administration système sous Debian ? Qu'il s'agisse de sécurité, d'intégrer des logiciels récents à votre version stable, de retrouver l'état de l'archive Debian à un instant T ou de suivre les évolutions de logiciels critiques pour votre infrastructure comme votre antivirus ou votre anti-spam, la distribution à la spirale propose des services flexibles et sûrs qui vont vous permettre de modifier votre distribution sans sortir des outils habituels du projet.
Redis a fait une arrivée très remarquée dans le monde en ébullition du NoSQL. Les premières versions apportaient d'importantes innovations – présentées dans GLMF n°129 - qui ont immédiatement séduit un large public, permettant de dépasser le modèle du simple et efficace Memcached. De plus, la lecture de la documentation du projet dans laquelle plusieurs fonctionnalités alléchantes étaient déjà décrites mais non disponibles promettait beaucoup pour la prochaine version majeure.Sorti au tout début du mois de septembre, Redis 2 embarque bien les nouveautés promises. Salvatore Sanfilippo, fondateur du projet, a été engagé par VMWare pour travailler à plein temps sur Redis, d'où un changelog bien fourni [1] pour cette nouvelle version. Tour d'horizon des principales innovations de la plus récente mouture de ce projet.
La fin de SQL pour les applications Web ? Après une présentation de l'excellent CouchDB ([LMAG117] et [LMAG124]), voici une alternative aussi originale avec MongoDB. Cette présentation en deux parties s'adresse tout d'abord aux concepteurs de schéma de SGBD-R ainsi qu'aux développeurs. Dans un deuxième article, nous présenterons les fonctionnalités d'administration en mettant l'accent sur les points forts de MongoDB.
Un précédent article vous a présenté, selon le point de vue du développeur, ce SGBD "NoSQL" qui devient de plus en plus populaire. Dans cette deuxième partie, nous adoptons le point de vue de l'administrateur/architecte en mettant l'accent sur les points forts de MongoDB : la réplication et le partitionnement.
Les systèmes de fichiers libres répartis ne sont pas légion. LustreFS de la société Oracle représente aujourd'hui une valeur sûre, utilisée dans de nombreux clusters de calcul. Existe également Global File System de chez Red Hat. Toutefois, mettre en place des architectures à base de LustreFS ou de GFS est loin d'être trivial. Les composants sont nombreux, complexes et nécessitent un contrôle fin de l'ensemble de l'architecture. Depuis longtemps déjà, la communauté du libre attendait une alternative qui soit simple à mettre en place et à administrer tout en garantissant des performances intéressantes. Le messie est arrivé : GlusterFS.GlusterFS est un système de fichiers distribué prévu pour stocker plusieurs pétaoctets de données. Reposant sur FUSE, il va simplement monter localement le volume distant qui s'intégrera donc parfaitement dans votre arborescence. De plus, il gère la réplication des données qui sont stockées dans le volume distribué, permettant une reprise rapide du service en cas d'indisponibilité de l'un des nœuds. Présentation d'un futur incontournable des systèmes de fichiers distribués libres.
Tout administrateur systèmes qui se respecte aimerait simplifier au maximum l'installation de ses serveurs, avoir des serveurs homogènes dans son architecture avec les mêmes paquets installés dès le départ. Ne pas avoir à refaire l’installation systématique de différents paquets, de la configuration de Postfix pour l’envoi de mails, de l'installation du client pour les sauvegardes, évite la redondance de nombreuses tâches.
Pour rendre le VHDL plus attractif, continuons d'explorer les interfaces d'entrées/sorties auxquelles le simulateur GHDL nous permet d'accéder. Cette fois-ci, nous connectons des boutons poussoirs (sur une petite carte électronique externe) au port parallèle d'un PC pour rendre les simulations plus interactives. Mais que vient faire la fonction setuid() dans cette histoire ?
Si vous codez en Ruby, il arrivera probablement un moment où vous souhaiterez packager vos bibliothèques pour les utiliser sur plusieurs projets et éventuellement les partager. Je vous propose de découvrir pas à pas comment écrire un gem et le publier dans les règles de l'art. Vous allez voir, c'est très simple.
Il y a maintenant presque un an, Google dévoilait la version Java de son environnement de « cloud », la solution Google App Engine. Tout en prenant le cadre « classique » d'une application web Java, ce nouvel environnement de développement offre sa part de nouveautés, mais propose surtout une nouvelle approche à la mise en place d'applications web. Expérimentons, par la réalisation d'une petite application, cette nouvelle approche.
Il y en a marre de ces brevets stupides qui nuisent à la créativité, à l'innovation et à l'évolution de l'humanité.Depuis quelques temps, je collectionne les annonces des uns et des autres sur les brevets, qui attaque qui... C'est n'importe quoi !! Partons de l'hypothèse qu'ils ont tous raison, que chaque brevet est recevable.Rien que sur les technologies très innovantes du moment, les téléphones portables, c'est la foire d'empoigne. Louons les qualités des téléphones d'Apple, si bien finis, avec le multitouch et tout et tout.