Durcissement et sécurisation du code source de l’antivirus ClamAV

GNU/Linux Magazine n° 131 | octobre 2010 | Olivier Ferrand - Eric Filiol - Charles Costet
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Dans un article précédent [1] l’analyse technique détaillée de ClamAV a montré que cet antivirus - à ce jour, c’est le seul logiciel antivirus à la fois gratuit, ouvert et multiplate-forme - supportait largement la comparaison avec les produits commerciaux, voire dans certains cas, faisait même mieux, notamment dans le domaine de l’analyse de forme (recherche de signatures). L’objectif premier d’un logiciel antivirus est de détecter, d’identifier des techniques virales connues et de prendre les mesures adéquates pour protéger le système contre leurs actions, avec un niveau de protection et d’efficacité compatible avec la politique de sécurité souhaitée. Mais il est nécessaire également que l’antivirus ne représente pas lui-même une menace pour le système et une porte éventuelle pour les attaques, à la faveur d’une ou plusieurs vulnérabilités. En 2008 [2], près de 800 vulnérabilités critiques ont été détectées dans les antivirus.

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder à cet article