OpenGL® 3.2 et ses shaders

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
124
Mois de parution
février 2010


Résumé
Fin juillet dernier, le Khronos Group publiait la version 3.2 de la spécification OpenGL®. Cette version marque une rupture importante avec les précédentes : la bibliothèque OpenGL® est propulsée vers l'avenir, n'ayant plus rien à envier à sa concurrente propriétaire, sans pour autant oublier ses origines.

Le premier fait remarquable est que cette spécification se présente désormais en trois parties (disponibles sur le site officiel [GL3]), définissant deux profils distincts :

  • la spécification du profil dit « core » (noyau), qui doit être disponible dans toute implémentation d'OpenGL® 3.2 ; cette spécification de 402 pages n'est pas compatible avec les versions précédentes ;
  • la spécification du profil dit « compatibility » (compatibilité), optionnel mais conservant la compatibilité avec les versions précédentes ; les 558 pages de cette spécification recouvrent partiellement la spécification « core », en levant certaines restrictions et ajoutant des fonctions plus traditionnelles ;
  • enfin, la spécification de la version 1.50 du langage GLSL (acronyme de OpenGL® Shading Language), 125 pages pour décrire comment écrire des programmes (nommés « shaders ») pouvant être exécutés directement par la carte graphique, en supposant naturellement qu'elle dispose de...
Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite