SSTIC 2009 – Symposium sur la Sécurité des Technologies de l'Information et de la Communication

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
120
Mois de parution
octobre 2009



Body

1. Premier jour

Cette première journée a été l'occasion d'écouter des orateurs d'horizons très différents. Tout d'abord, avec la keynote d'ouverture, on a eu un sujet très intéressant, presque d'actualité avec une présentation de la sécurité chez un constructeur aéronautique. Puis, il y a eu trois présentations très techniques sur l'exploitation de failles de sécurité dans les javacards et deux autres qui ont parlé de marquage de données et décompilation.

Pour l'après-midi, les interventions ont plus porté sur un registre (hi, hi) bas niveau avec des analyses sur les attaques matérielles à travers l'ACPI ou le bus PCI, mais aussi les attaques sur Internet et une discussion sur l'apport d'ISO 27001.

Le premier contact avec le symposium est une file d'attente spectaculaire pour le retrait des badges, du T-shirt du symposium et de la copie des actes. Cela se passe assez rapidement, et l'amphithéâtre est à portée après un passage au stand.

L'équipe d'organisation a prévu des prises de courant électrique à chaque rangée, très bien réparties et très appréciées.

Les conversations vont bon train dans tous les domaines, mais mon oreille indiscrète capte quelques sujets sur le réseau et des failles dans TCP. Cependant, j'avais entendu parler de problèmes de compromission à ce sujet, mais je pensais que c'était lié à des implantations spécifiques dans certains routeurs, suite à des optimisations un peu hâtives.

Dans un registre plus polémique, j'ai aussi entendu une remarque sur un prestataire qui a travaillé dans un service de la fonction publique, où il y avait évidemment des fonctionnaires qui ne bossaient pas et qu'il fallait pousser. À ce qu'il semblait, la personne qui narrait cette anecdote a sauvé le monde, ou juste un sous-ensemble de ce dernier, mais à peine.

1.1 Keynote – Pascal Andrei

Pascal Andrei est directeur de la sûreté d'Airbus Europe. Il est en charge de la sûreté (security en anglais) des avions. C'est à opposer à la sécurité (safety en anglais).

Le but de son service est de parvenir à concevoir un avion pour qu'il y ait le moins d'incidents possible. Cette keynote ne sera pas assortie d'une présentation à l'écran. Compte tenu de l'actualité, la direction du groupe ne souhaite pas que des propos soient sortis du contexte et exposés dans la presse ou ailleurs.

La réglementation a considérablement changée à la suite des évènements du 11 septembre 2001.

Parmi les obligations, il y a des tests de pénétration, assortis d'un rapport, mais il n'y a globalement pas d'impact sur la sécurité.

Il y a une PKI sur les A380. Tous les logiciels sont signés. Les informations (sur le vol, les passagers) elles-mêmes sont également signées. Les messages sont envoyés au sol à intervalle régulier avec la check-list.

Le constructeur donne un objectif de sécurité et c'est à l'exploitant de l'assurer. Ces objectifs concernent l'interopérabilité avec les équipes au sol, mais aussi les responsabilités (qui est en charge de quoi).

Le niveau de sûreté est défini pour 30 ans, mais la réglementation impose désormais de publier un mini-CERT pour alerter sur les failles, et la publication de correctifs. En cas d'impact, il doit y avoir une correction immédiate, sinon elle sera planifiée pour la future livraison.

Questions

« Comment font les avions pour être en conformité avec les réglementations locales sur l'usage de la cryptographie ? »

Pour ne pas être en défaut par rapport aux réglementations nationales, il n'y a pas le droit de chiffrer en vol, mais le déchiffrement est autorisé.

« Dans le cas de la PKI, est-elle juste utilisée pour vérifier que la signature est valide ? »

En fait, il n'y a pas de code de chiffrement à bord, même s'il n'est pas utilisé, les constructeurs ne prennent pas le risque de transporter du code potentiellement hors-la-loi.

1.2 Évaluation de l'injection de code malicieux dans une Java Card – Jean-Louis Lanet

Après la keynote, une plongée dans la technique aborde la question de l'exploitation de failles dans la conception de certaines javacards pour l'exécution de code destiné à extraire des informations, et éventuellement modifier des données.

Le principe de cet exploitation est la modification du bytecode, et l'empêchement de l'édition de lien avant l'exécution. Normalement, durant cette phase d'édition de lien, toutes les adresses sont recalculées pour pointer aux emplacements légitimes. Dans certains cas, il est possible d'extraire une adresse mémoire, et de l'utiliser pour réaliser un appel de routine à un endroit précis.

Certaines javacards ont des contre-mesures. Sur le lot des cartes utilisées durant l'analyse, une permet de récupérer l'intégralité des données de la carte, d'autres sont plus limitées. Dans quelques cas, lorsque la carte détecte une tentative de lecture ou d'écriture illégitime, la carte se « suicide ».

Questions

« Comment se comportent les cartes quand il y a des accès indirects à la mémoire ? »

Pour les cartes 16 bits sans indirection, tout se passe très bien. Pour les cartes avec indirection, il est possible de lire, mais l'écriture entraîne la destruction de la carte, parce qu'on ne pointe pas à la bonne adresse. La lecture en revanche ne pose pas de problème.

« Avez-vous testé les dotnetcards ? »

Elles n'ont pas été testées, mais elles fonctionnent sur le même principe, donc elles devraient avoir les mêmes risques. Là encore, les cartes modernes ont des contre-mesures.

1.3 Data tainting for malware analysis – Florent Marceau

Tiré du site du SSTIC : « La virtualisation fournit des possibilités prometteuses dans le cadre de l'analyse automatique de binaires. Parmi ces possibilités, nous nous proposons ici d'en étudier une en particulier, le data tainting, et d'en voir les différents aspects dans le cadre d'une mise en application concrète. Cette application aura pour but de capturer de manière générique les données déchiffrées des fichiers de configuration des malwares. »

1.4 Désobfuscation automatique de binaire – The Barbarian Sublimation – Alexandre Gazet & Yoann Guillot

Tiré du site du SSTIC : « Dans la suite de notre présentation de l'an dernier, nous travaillons sur le contournement automatique de techniques de protections logicielles. Nous nous concentrons particulièrement sur la problématique de l'obscurcissement (obfuscation). Jusqu'à présent, il était nécessaire de rechercher à la main les schémas utilisés par la protection afin de les annuler. Notre approche actuelle cherche à rendre ce travail fastidieux automatique, par une analyse de la sémantique du code binaire permettant d'en extraire une représentation minimale, ce qui revient à supprimer la couche d'obfuscation. Nous montrerons les résultats obtenus sur quelques exemples, où nous verrons que les méthodes développées permettent parfois de contourner d'autres formes de protection comme les machines virtuelles logicielles. »

1.5 Le point de vue d'un WOMBAT sur les attaques Internet – Marc Dacier

En introduction, Marc Dacier lance une annonce pour aller travailler pour Symantec à Sophia Antipolis.

Il présente WOMBAT, qui ne signifie pas Waste Of Money Brain and Time ;) mais Worldwide Observatory of Malicious Behaviours and Attack Threats.

Le fonctionnement de WOMBAT s'articule autour des points suivants :

  • acquisition ;
  • enrichissement ;
  • analyse des menaces.

Tous les malwares sont décrits dans une machine à états finis (FSM – Finite State Machine). Il y a aussi une machine à haute interaction. Les deux machines ont été analysées sur 200 jours.

Dans la FSM, quand un chemin est mort (10 jours), il reste dans la machine. Il est réactivé si une nouvelle attaque survient. Mais, la purge serait envisageable. Dans les faits, le nombre de chemins distincts n'impose pas une purge actuellement.

Les bogons sont évités par les attaquants, et les clients qui disposent d'adresses qui suivent immédiatement les bogons sont généralement épargnés. C'est lié au fait que les robots qui tentent d'implanter des malwares utilisent des générateurs aléatoires. Pour illustrer ce propos, la distribution sur le réseau des attaques n'est pas répartie également partout. Un client avait des machines attaquées en permanence et voulait proposer de nouveaux services. Il disposait d'un autre réseau d'une autre classe d'adressage et cette classe était beaucoup moins attaquée.

1.6 ACPI et routine de traitement de la SMI : des limites à l'informatique de confiance ? – Loic Duflot et Olivier Levillain

Le but ultime de la protection est l'exclusion du BIOS de la zone de confiance. Mais, en raison des choix faits depuis de nombreuses années sur la gestion du matériel, il n'est pas possible d'extraire le BIOS.

Une contre-mesure possible réside dans l'utilisation de Getsec [SENTER] qui désactive tous les CPU sauf le premier, puis le démarrage de SINIT et l'exécution d'un moniteur de machine virtuelle, puis la réactivation des CPU, hors initialisation du BIOS.

Quelques acronymes sont lancés :

  • SMM : system management mode ;
  • SMI : system management interrupt, possibilité de déclencher une SMI en écrivant dans un registre du chipset ;
  • SMRAM : System Management RAM ;

La faille est complète. On n'a pas un BIOS de confiance.

Un autre problème concerne l'exploitation du cache en cas de writeback, pour redéfinir la stratégie de cache pour la zone qui gère la SMI, déposer du code malicieux et l'exécuter. Toutefois, dans ce cas, l'exploitation est éphémère et non satisfaisante pour un attaquant.

Une autre approche consiste à relocaliser complètement la SMRAM. Cela nécessite de réécrire 15 octets dans la SMRAM, pour pointer sur une zone initialement hors de portée de la partie protégée.

La table d'évènements est normalisée, mais pas la routine associée à un évènement. Par conséquent, quand l'OS exécute une routine, il est incapable de vérifier si la routine n'est pas malicieuse. La routine est exécutée par un interpréteur AML (ACPI Module Language). La version source de ce module est en ASL (ACPI Source Language).

Pour la démonstration, la fonction cachée modifie l'appel système setuid() sur 4 branchements en 10 secondes.

En pratique, c'est vraiment intéressant seulement pour les machines Intel TxT.

Pour les autres machines, il y a déjà possibilité d'exécuter des choses de ce genre d'autres manières.

Pour le moment, il n'est pas possible d'empêcher ce type d'attaque. Il faudra voir avec le transfer monitor.

Les contre-mesures sont par exemple :

  • l'analyse statique de la table ACPI, pour vérifier si une routine modifie l'état du noyau, ce qui est assez compliqué ;
  • le contrôle dynamique, avec gestion des évènements avec moins de privilèges ;

Question

« Concernant EFI, est-ce mieux que le BIOS ? »

A priori, ce n'est pas forcément mieux pour EFI, parce que l'on a des mécanismes similaires pour les évènements SMI.

L'évasion de la machine virtuelle dépend de l'implémentation du traitement des évènements, et de la couverture.

Pour ces preuves de concept, la mémoire physique est utilisée parce que la gestion est très simple. C'est beaucoup plus compliqué avec la mémoire virtuelle, et il n'y a pas de généricité pour les autres OS.

1.7 Compromission physique par le bus PCI – Christophe Devine et Guillaume Vissian

La faille exposée concerne PCI, PCI-express et cardbus (qui est très proche de PCI) ou PCMCIA. Les deux normes diffèrent, mais le principe reste le même.

Le problème est que le PCI Express permet de faire du DMA, et qu'il peut ne pas y avoir de contrôle sur la mémoire physique, pas tant sur le bus lui-même.

1.8 Cinq questions sur la vraie utilité de l'ISO 27001 – Alexandre Fernandez-Toro

La présentation aborde ISO 27000 et les différentes normes qui la composent. Un tableau assez complet reprend les différentes normes avec leur portée, et la date de publication. On voit d'ailleurs que certaines normes sont prévues pour 2009 ou les années à venir.

  • 27000 (2009) : Vocabulaire ;
  • 27001 (2005) : Système de Management de la Sécurité de l'Information ;
  • 27002 (2005) : Mesures de sécurité ;
  • 27003 (2009) : Implémentation ;
  • 27004 (2008) : Mesures et métriques ;
  • 27005 (2008) : Gestion de risque ;
  • 27006 (2007) : Certification du Système de Management de la Sécurité de l'Information ;
  • 27007 (2010) : Audit du Système de Management de la Sécurité de l'Information ;

Pour ISO-27003, les émanations nationales peuvent préexister et s'appeler EBIOS ou MEHARI.

Cette présentation aborde la question qui fâche en général à propos des certifications, à savoir l'utilité pour le certifié.

Suite à des observations chez différents certifiés en France (une vingtaine à cette date dont une bonne partie a été auditée par l'orateur), ce qui apparaît, c'est que la certification est utile sur le long terme.

La force de 27001 est l'amélioration continue.

Quelques points plus polémiques sont abordés pour comparer l'approche du travail de fond de certains certifiés qui n'ont pas attendu la norme pour se pencher sur le sujet à celle plus opportuniste de certains certifiés qui attendent la dernière minute pour la mise en conformité.

2. Deuxième journée

2.1 Fuzzing : le passé, le présent et le futur – Ari Takanen

Le fuzzing est du robustness testing.

L'idée est que s’il y a un défaut dans le logiciel, si ce dernier est bombardé de données aléatoires, il finira par montrer ses défauts, et éventuellement ses failles de sécurité.

Initialement, la technique était limitée aux interfaces en ligne de commandes, mais c'est extensible à des protocoles, TFTP par exemple.

La maturité des modèles de test a évolué. Initialement, les tests étaient exécutés manuellement, puis ils ont été enregistrés. Par la suite, ils ont été scriptés, ce qui permet d'ailleurs d'assurer la non-régression. La phase suivante concerne l'action-word testing pour tester les changements de comportement des protocoles. Enfin, l'automatisation est l'étape ultime.

Parmi les techniques de fuzzing, on trouve la mutation. Il n'y a pas d'intelligence, les modifications sont semi-aléatoires. On trouve aussi la génération, qui est intelligente, et produit des tests qui se basent sur un modèle ciblé.

Quand on parle de fuzzing, on parle de framework, d'outils ainsi que de suite de tests.

Le block-based fuzzing est une sorte de fuzzing. On part d'un échantillon ou modèle, et les changements sont décrits dans un modèle. Le modèle spécifie entre autres ce que sont les chaînes de caractères ou les nombres.

Pour l'analyse des résultats, on a besoin de métriques. Parfois, un fuzzer peut provoquer des plantages, mais souvent le plantage est garanti si on en combine plusieurs.

Si on observe deux plantages dans deux groupes de tests, il est fort possible qu'il s'agisse de deux bugs différents.

La moitié des utilisateurs de fuzzers travaillent dans l'assurance qualité ou dans le développement.

Le fuzzing des téléphones : ce n'est pas forcément facile d'intégrer des documents, vidéos, etc. Mais le fuzzing des téléphones est beaucoup simplifié avec les piles IP et les autres protocoles comme GSM et Bluetooth.

 

2.2 Fuzzgrind : un outil de fuzzing automatique – Gabriel Campana

La présentation commence avec un rappel sur le fuzzing. C'est une technique de recherche d'erreurs d'implémentation logicielle par injection de données.

Les méthodes de génération de tests sont réparties en deux familles : grammaire ou modèle.

Valgrind est un cadriciel (framework) d'instrumentation binaire dynamique. En général, l'exécution passe par une représentation intermédiaire, puis une conversion en code machine, et se termine par l'allocation des registres et l'exécution à proprement parler.

STP est un solveur de contraintes générées par des analyseurs statiques. Il est rapide. Il fonctionne par marquage des données, puis propagation des données, et quand il rencontre une instruction conditionnelle, il extrait la contrainte, l'optimise, l'inverse, vérifie la contrainte inversée, et, au final, évalue un score.

STP a permis de trouver des vulnérabilités dans readelf, swfextract et libtiff, ainsi que dans certains exécutables pour téléphones portables.

DynamoRio est assez performant. Son utilisation en place Valgrind est envisagée.

La présentation se conclut sur un appel à contributions. Toute remarque est bienvenue.

2.3 Sécurité des architectures de Convergence Fixe-Mobile – Laurent Butti

L'enjeu est le déploiement d'une architecture de la manière la plus sûre possible. Cela concerne le quadrule play à venir.

Certaines extensions de réseau sont possibles sans licence, avec du wifi ou bluetooth. On parle d'UMA (Unlicensed Mobile Access).

Comme il y a un point d'entrée unique dans le réseau, il est l'objet d'une grande attention et d'une surveillance accrue.

Il n'y a pas de faux positifs avec le fuzzing. Cette technique permet de trouver généralement les défauts simples, mais permet parfois de trouver aussi des problèmes plus compliqués. Néanmoins, il ne faut pas se méprendre : ce n'est pas une assurance qualité !

Dans le cas d'une boite noire, les seuls stimuli sont des stimuli réseau. Il y a un risque de faux négatif. Les mécanismes de chiffrement imposent de connaître le protocole pour envoyer les paquets chiffrés.

Le problème majeur avec les boites noires, c'est que l'on peut constater un plantage, mais il n'est pas possible d'identifier un bug à proprement parler.

Questions

« Les communications sur le sujet sont inexistantes parce que les opérateurs ne souhaitent pas communiquer »

Pas de réponse. Il faut aussi dire que ce n'était pas une question, mais une remarque.

« Pour les failles plus complexes, comme celle qui permet de se connecter sous une identité avec une clef SSH valide, même si elle n'est pas légitime, les fuzzers sont-ils efficaces ? »

Effectivement, le fuzzing ne permet pas de trouver ce type de failles. La réponse est évasive, mais, globalement, on comprend que c'est compliqué.

2.4 Sécurité des smartphones – Romain Raboin

Cette présentation aborde des techniques pour exécuter du code malicieux sur Microsoft Windows Mobile de la manière la plus discrète possible, avec du vol d'information comme objectif.

Un smartphone est la combinaison d'un téléphone et d'un PDA. On observe une grosse croissance de ce domaine, ainsi que pour d’autres protocoles de communication.

Certains risques ne sont pas liés à l'OS. Comme il s'agit d'équipement mobile, il y a des risques accrus de perte, vol et géolocalisation (espionnage).

Pour Symbian, les programmes tiers sont des binaires signés. Une signature valide est une condition indispensable pour l'exécution depuis Symbian OS 9. Il est possible d'obtenir un certificat pour du développement local. Ce certificat est bloqué sur l'IMEI. En fonction du prix du certificat, les fonctionnalités et possibilités sont différentes. Il y a des logiciels malicieux dont certains ont été signés par Nokia, mais ils sont rapidement blacklistés. On trouve aussi des logiciels espions commerciaux.

Dans l'iPhone OS, il y a une séparation des droits et un système de signature. Apple se réserve le droit de refuser une signature ou de la révoquer à tout moment. On trouve aussi le logiciel espion commercial. On peut aussi installer des programmes tiers si l'on est capable de jailbreaker l'appareil. Certaines vulnérabilités existent sur l'appareil, cf. CVE de 2006.

Pour Blackberry, il y a plutôt des failles permettant de remonter au SI de l'entreprise.

Microsoft Windows Mobile est un Windows pour l'embarqué, qui dispose aussi d'un système de signature. Des failles ont été corrigées pour la synchronisation, mais il y existe des virus, chevaux de Troie, et même rootkit kernel. En réalité, il s'agit plutôt de POC. Là encore, on trouve le même logiciel espion, très riche en fonctionnalités, mais difficile à supprimer. La configuration est possible à distance par SMS.

Ce logiciel espion permet de voler des informations, il est multi-plateforme.

En revanche, il n'y a pas de chiffrement pour envoyer les données sur le site de l'éditeur.

Comme dans tout autre Windows, il y a un système d'exécution automatique lors du branchement d'un support amovible. Pour l'anecdote, l'auto-exécution a lieu à l'insertion et au retrait d'un média amovible (autorun.exe).

L'attaque via la synchronisation est possible. C'est d'ailleurs un vecteur très pratique, parce que l'outil de synchronisation est toujours utilisé sur le poste client.

On peut aussi tromper la vigilance d'un utilisateur en exploitant une fonction non documentée pour reconfigurer les niveaux d'interactivité dans l'exécution d'un programme lors de la reconfiguration.

Questions

« Quelles versions de Windows Mobile ont été utilisées pour les recherches ? »

Les versions 5 et 6 ont été utilisées pour les travaux de recherche. En pratique, assez peu de choses varient. La seule différenciation porte sur la compilation du binaire, mais l'API est identique pour la synchronisation et la configuration.

« Y a-t-il des statistiques sur les failles ? »

Il y a peu de failles. L'une est très difficile à exploiter. Une autre est facile à exploiter, mais a été corrigée depuis longtemps. Il n'y a pas de statistiques connues sur les corrections appliquées par les utilisateurs.

2.5 Le traçage de traîtres en multimédia – Teddy Furon

Dans le cadre de recherche de coupables lors de la diffusion non autorisée de matériel soumis à des clauses de propriété intellectuelle, le traçage de traîtres permet de trouver la source de la fuite.

C'est classiquement le cas par exemple avec la technologie Blu-ray. Le même disque lu dans deux lecteurs Blu-ray différents produira deux contenus différents.

Cette technique doit pouvoir résister à des dégradations, des recompressions, des post-traitements. Un seul colluder peut le faire. Le danger dans cette technique réside dans une erreur de décodage ou un effacement. Dans ce cas, on ne serait pas capable de retrouver le bit caché. La défense est le tatouage numérique.

Dans l'approche anti-collusion, on trouve de la cryptographie et des statistiques. C'est un problème théorique complexe, et bon nombre de théoriciens s'y sont cassés les dents.

Gabor Tardos a trouvé une solution, avec une aisance déconcertante.

Le tatouage numérique consiste à inclure un message dans une vidéo, une image ou un fichier audio.

Ce message n'est pas perceptible (filigrane ou watermark). Il doit être robuste, et on doit pouvoir retrouver le tatouage malgré des dégradations. En cas de dégradation très importante, ce n'est pas grave si le marquage est altéré.

Pour gagner en robustesse, on combine les tatouages spatial, temporel, fréquentiel. L'orateur mentionne la technique de l'étalement de spectre.

Quelques démonstrations sont proposées avec l'outil Fantomas développé par l'INRIA. L'outil illustre la robustesse même avec une forte compression sur la vidéo originale.

Questions

« En cas d'amélioration des techniques de compression, y a-t-il un risque de perte d'efficacité ? »

Pas forcément. Les marquages complémentaires n'interagissent pas trop.

Le marquage fonctionne avec un motif de bruit et une clef secrète connue.

Pour l'accusation, il faut s'assurer que la clef est bien associée au contenu. C'est plus facile si le code est long. C'est aussi plus facile de retrouver les colluders s'ils sont peu nombreux.

« Que faire face à un traître parmi les traîtres ? »

Pour la diffusion de VoD, le marquage est à faire à la source. Ça coûte cher, mais cette opération doit être réalisée à la volée.

Pour le tatouage dans la transmission par satellite, ce n'est pas pour tout de suite. Le marquage nécessite beaucoup de temps de calcul.

Enfin, plus les colluders sont nombreux, plus les risques d'accuser un innocent à tort sont élevés.

2.6 Le vol d'informations n'existe pas ... – Marie Barel

En commençant avec l'exemple du partage d'identifiant et mot de passe, on s'expose à des accès à des données qui ne doivent normalement pas être vues. Quand on parle de vol d'information, on pense aussi à la diffusion à des tiers.

Le « vol » est la soustraction frauduleuse d'une chose d'autrui (ravir : support et déplacement). Pour les choses assez immatérielles, on peut remonter en 1912 pour un exemple de vol d'énergie électrique.

Il y a une jurisprudence. La difficulté réside dans le passage de la soustraction matérielle à la soustraction juridique. Pour les objets physiques, l'appropriation s'accompagne d'une dépossession.

Dans des affaires de vol d'information, la reconnaissance est venue du contenu informationnel, comme dans un cas de vol de disquette ET d'informations stockées sur ces disquettes.

Il n'y a toujours pas de consécration du délit de « vol d'information ».

Il n'y a par conséquent pas de protection contre le vol, mais seulement sur la divulgation et le détournement.

La solution réside dans les protections sur le secret :

  • défense nationale ;
  • secret professionnel ;
  • secret de fabrication et espionnage industriel ;

La menace interne est prépondérante : 59% des employés américains dérobent des données en quittant leur ancien employeur (ou du moins reconnaissent le faire), 1 sur 4 a accès au réseau d'entreprise après le départ de ladite entreprise. Il y a une illustration amusante avec la poupée « Barbie Hacker ». Elle n'est pas crédible, en fait.

L'information est un bien économique, pas juridique.

Ce n'est pas un hasard s'il y a de nombreux brevets et des marques déposées.

L'information peut aussi prendre des formes différentes, avec des enjeux différents. Pour un investisseur, il s'agira de bases de données, pour un employeur, des logiciels, pour un auteur, des productions intellectuelles.

Il n'y a pas de statut unique pour l'information.

Dans un contrat de travail, il y a une obligation de loyauté, qui impose pour toute la durée du contrat, de ne pas nuire à la réputation et au bon fonctionnement. Il peut aussi y avoir un devoir de réserve.

La politique de classification et de gestion des documents est un moyen de définir les règles d'accès à l'information. Il y a plusieurs niveaux de communication.

Pour les utilisateurs, les chartes, les messages récurrents, et la formation sont incontournables. Il s'agit moins d'être axé sur les règles (listes d'interdits) que d'expliquer les conséquences.

Avec les tiers, la contractualisation est obligatoire.

Il y a eu des décisions divergentes sur le recel d'informations confidentielles. La première difficulté est la détection.

En conclusion, les mots-clefs sont responsabilisation, communication et contrôle.

Questions

« Et dans HADOPI ? »

La « loi HADOPI » n'aborde pas vraiment le recel parce qu'il n'est pas couvert dans le code au départ.

On ne parle pas de vol de programmes non plus, mais plutôt de contrefaçon.

2.7 Pourquoi la sécurité est un échec (et comment y remédier) ? – Nicolas Ruff

La présentation débute avec des exemples sur les publications d'auteurs connus, sur des annonces de sécurité.

La sécurité par la technologie, le papier et l'éducation ne fonctionnent pas.

Une solution acceptable serait l'utilisation de PKI gérée en entreprise.

Il faut aussi envisager d'autres méthodes d'authentification que login/mot de passe.

Dans des réseaux Microsoft, il existe aussi des options simples comme NTLM v2 et la signature des mots de passe SMB sur le réseau.

2.8 Une approche de virtualisation assistée par le matériel pour protéger l'espace noyau d'actions malveillantes – Eric Lacombe, Vincent Nicomette et Yves Deswarte

L'idée est d'utiliser la virtualisation pour limiter les actions malveillantes. Par exemple, cela permettrait :

  • d'empêcher un malware d'entrer dans le noyau ;
  • protéger le noyau s'il est compromis ;

Le noyau utilise la mémoire de deux manières :

  • structure du noyau (code) ;
  • état du noyau (data) ;

Suite à une perte d'intégrité du noyau, les conséquences possibles sont :

  • rien ;
  • crash ;
  • exécution de code malveillant ;

Pour le matériel, l'attention est portée sur le DMA, l'utilisation de l'I/O MMU, et le problème des pilotes malveillants (qui peuvent désactiver l'IOMMU).

La protection des KCO est assurée par un niveau de privilège matériel supérieur à celui du noyau (sort de ring -1).

Le code sera a priori publié sous licence GNU GPL, mais à voir.

Il y a un système de vérification de l'hyperviseur lui-même, et la protection IOMMU entre autres est implémentée.

Le logiciel n'est pas encore prouvé, mais c'est envisageable, et il n'est pas très gros.

2.9 Conférence invitée – Projet SEC&SI

Il s'agit d'un concours de développement d'un OS sécurisé facile à utiliser. Dans l'énoncé, le système d'exploitation est imposé, il s'agit de Linux.

Trois projets sont exposés, qui utilisent tous les trois des approches ou des techniques différentes.

  • La première solution exposée utilise Linux et VServer. Elle permet d'assurer une étanchéité entre les différentes applications. Il n'y a pas de réelle démonstration, seulement une présentation. Le système implémente aussi GRSecurity.
  • La deuxième solution présentée est à base de Xen. Le Dom0 ne fait pas tourner de serveur X. C'est un DomU qui prend en charge cette fonctionnalité. La question des mises à jour n'est pas encore résolue.
  • La troisième solution est à base de SELinux + LXCE. Par rapport aux autres solutions présentées, la démonstration est live. Un visiteur demande à produire un script et à l'exécuter, ce qui s'avère possible en spécifiant l'emplacement de l'interpréteur. Cette découverte fait beaucoup de bruit, mais, dans la vraie vie, il ne sortirait pas grand chose d'une telle « faille ».

2.10 Rump session

Parmi les nombreuses présentations, j'ai relevé les suivantes. Pour les autres, ce n'est pas pour des raisons qualitatives, c'est juste qu'il était tard, que le cocktail et le social event s'annonçaient. N'en prenez pas ombrage, messieurs les orateurs.

  • micro-espions ;
  • projet IMA, obtenir des infos sur la qualité des mots de passe Windows ;
  • objectifs dans la vie (objectif-tactique) ;
  • éthylomètre sur port USB, un pong en OpenGL pilotable par le capteur, un module PAM et hook de precommit pour Subversion ;

Les supports des rumps sont consultables sur le site des actes : http://actes.sstic.org/SSTIC09/Rump2009/

3. Troisième journée

3.1 "<script>alert('XSS')</script> -- Sous-titre : XSS : de la brise à l'ouragan – Pierre Gardenat

Cette présentation, richement illustrée, était un vrai régal.

Pour commencer, Pierre rappelle que les attaques CSS ont gravi les échelons dans les centres d'alerte pour atteindre en quelques années la première place.

En XSS (Cross-Site Scripting), les attaques peuvent être volatiles ou persistantes. Pour le second cas, le script est téléchargé depuis un autre site.

L'orateur rappelle le principe, et mentionne quelques exemples mettant en cause plusieurs sites largement utilisés.

Les attributs script: et data: sont passés en revue. Les exemples sont spectaculaires, surtout quand on envisage l'ampleur des attaques possibles.

Pour un site vulnérable, il y avait un avertissement comme « les balises script ne sont pas autorisées ». Comme le souligne Pierre, c'est la sécurité par « ne le faites pas ». ;)

Le danger dans ce type d'attaque, c'est la conjonction des sites vulnérables, plus l'utilisation de plus en plus massive des réseaux sociaux, et le nombreux croissant d'utilisateurs.

3.2 Origami malicieux en PDF – Fred Raynal, Guillaume Delugré, Damien Aumaitre

Cette présentation expose les failles de sécurité de deux visualiseurs de documents PDF disponibles sous Microsoft Windows.

Si beaucoup de choses sont scriptables en Javascript, dans Adobe Reader, par exemple, la machine Javascript ne fait que reprendre pratiquement tout ce qui est déjà faisable en PDF. Pourtant, le moteur Javascript est le seul désactivable.

La taille de l'application est aussi un signe du potentiel de vulnérabilité.

Parmi les révélations surprenantes :

  • La clef privée utilisée pour le chiffrement des documents est copiée dans le profil de chaque utilisateur lors de la première utilisation ;
  • Cette clef est cassable en force brute ;
  • Il est possible de fabriquer des faux-vrais documents signés de l'éditeur ;
  • Il est possible d'exécuter un programme externe arbitraire depuis un document PDF, de manière très simple ;

Bref, un document PDF n'est pas qu'un fichier inerte ou inoffensif.

3.3 Macaron, une porte dérobée pour toutes les applications JavaEE – Philippe Prados

Philippe Prados présente une backdoor qui est disponible sous la forme d'une archive jar intégrable dans une application J2EE. Le nom vient juste de la pâtisserie qu'il apprécie.

En plus de cette porte dérobée, la suite Macaron regroupe des outils complémentaires d'audit, de scellement et de définition de politique. La définition de politique est d'ailleurs à peu près la seule solution fiable de protection, en combinaison avec le scellement, mais c'est loin d'être trivial à mettre en œuvre.

La démonstration d'intégration du jar, du déploiement et son exploitation est spectaculaire.

Parmi les fonctionnalités de la porte dérobée, on a l'exploration et la modification des ressources JMX, JDBC, JNDI, et un interpréteur de commandes. Ce dernier n'est pas très rapide, mais pleinement fonctionnel.

C'est typiquement le genre d'outils que l'on aimerait avoir sous la main quand on administre un serveur d'applications

3.4 IpMorph : Unification de la mystification de prise d'empreinte – Guillaume Prigent, Fabrice Harrouet

La mystification de prise d'empreinte consiste à présenter à un adversaire l'apparence d'un autre système que celui ou ceux qui sont réellement en œuvre. Plusieurs techniques sont possibles : du filtrage simple, de la modification de pile réseau et enfin de la substitution de pile réseau.

La dernière approche est celle qui est utilisée dans IpMorph. Cet outil se comporte comme un serveur mandataire, mais au niveau liaison et réseau.

Après avoir réimplémenté en espace utilisateur une pile IP, cette pile a été enrichie et réutilisée pour permettre de singer le comportement de nombreux systèmes. Par exemple, pour un système Microsoft Windows XP, il est tout à fait possible pour une charge de trafic réel de berner un outil de prise d'empreinte en lui présentant ce qui ressemble à une signature d'OpenBSD 4.

La prise d'empreinte en mode actif (nmap, etc.) ou passif (Ettercap, p0f, etc.) est à chaque fois bernée par IpMorph, pour tous les outils essayés (nmap, SinFP, p0f, Xprobe2, Ring2, Ettercap).

La présentation à l'écran était aussi spectaculaire. À ce niveau de maîtrise du logiciel de présentation, on n'a plus rien à prouver. C'était ludique et didactique, tout en restant terriblement efficace.

3.5 Analyse dynamique depuis l'espace noyau avec Kolumbo – Julien Desfossez

Kolumbo permet de réaliser l'analyse dynamique d'un processus en espace noyau. L'objectif est la détection de malwares. Un processus peut détecter assez facilement qu'il est « observé ».

  • ptrace est utilisé en espace utilisateur pour analyser des processus. Un seul processus peut être attaché à un autre. La détection est très simple ;
  • La détection de points d'arrêt. Sous Linux, on utilise l'int3. Il faut donc rechercher dans le code cette interruption. On peut aussi calculer une somme de contrôle de la page pour vérifier si elle a été modifiée ;
  • int3 correspond au signal SIGTRAP. On peut aussi détecter ce signal et agir en fonction ;

Sans trop de difficultés, pour ces techniques, un processus peut savoir s'il est observé, et adapter son comportement.

Les fonctionnalités de Kolumbo :

  • Le mode trace fournit un équivalent à strace et permet d'afficher des appels système, les registres et la page des tables et suivi des fils. Pour l'exécution d'un appel système, il y a une interruption logicielle. Le numéro de l'appel est dans eax, des paramètres sont passés, l'interruption 0x80 est levée, et l'appel est traité. Toute l'astuce consiste à interrompre l'int80 (idtr). Ce mode permet de suivre les processus fils créés à l'aide de fork, vfork et clone. Au démarrage, il suffit de charger le module, et de configurer quelques entrées dans /proc/sys/debug. Les messages sont affichés dans dmesg, sans que le processus ne détecte une trace. En l'occurrence, il n'y a pas d'appel à ptrace.
  • Le mode dump est utilisable pour un programme simple. Ce mode permet de récupérer tous les segments d'un processus. On peut alors produire un programme qui pourra même être exécuté normalement. Ceci est vrai, mais sous quelques conditions. D'abord, le programme produit n'est pas un binaire ELF valide. Et pour un programme chiffré, l'exécution n'est pas possible en l'état. En fait, on obtient bien un exécutable dans ce cas, mais qui fait n'importe quoi.
  • Le mode anti-anti-trace est utilisé pour lutter contre les malwares qui détectent les systèmes de détection. Ce mode doit donc être invisible pour les programmes.

La démonstration sur les exemples utilisés en début de présentation montre que le code de retour de l'appel ptrace ne laisse pas entendre que le processus est tracé.

3.6 Calcul sur cartes graphiques, cryptographie et sécurité – Antoine Joux

Cette présentation aborde l'utilisation des GPGPU pour calculer autre chose que du graphique, et notamment l'exploitation de cette ressource pour des calculs cryptographiques. Pour grossir le trait, on pourrait parler d'utilisation des cartes graphiques comme accélérateurs cryptographiques.

Les cartes spécialisées accélératrices de cryptographiques sont chères et compliquées à gérer, surtout pour les aspects d'évolutivité.

Les cartes graphiques évoluées, quant à elles, disposent de langages optimisés pour manipuler des objets graphiques, mais ne sont évidemment pas généralistes. Les premières implémentations d'AES par exemple étaient fonctionnelles, mais pas très performantes.

En reprenant des statistiques de 2007, on observe un facteur 16 entre les performances de calcul sur un CPU et sur un GPU. Les transferts prennent beaucoup de temps.

C'est donc facile pour les calculs à clefs secrètes, mais il n'y a pas de parallélisme évident sur la cryptographie à clef publique. Au mieux, on peut obtenir des gains de 20 à 30% sur GPU pour RSA/DSA, ce qui est bien, mais pas très intéressant.

Pour la cryptanalyse, sur des problématiques de recherche exhaustive, avec une architecture massivement parallèle, ce n'est pas très intéressant, mais très efficace, aussi parce qu'il y a peu de transfert de données.

Il reste aussi le problème de la consommation électrique. Par exemple, pour celui qui voudrait remplir une salle avec des cartes graphiques.

Pour l'utilisation des cartes graphiques dans le domaine de la sécurité, les applications les plus évidentes sont le cassage des mots de passe et la recherche virus. La recherche serait plus « fiable » et « discrète » parce que la recherche de signature serait cachée en n'utilisant pas la même zone de mémoire.

Pour le futur, on peut imaginer des cartes de plus en plus intelligentes. Jusqu'à présent, le CPU initie les transferts, mais il est possible d'avoir des zones de mémoire partagée. Les questions à se poser viennent des transferts initiés par le GPU.

Questions

Deux questions sont posées. Une première concerne le dimensionnement, une seconde concerne la synchronisation prévue dans le GPU, qui est désormais beaucoup plus facile. Il y a un appel système pour resynchroniser.

3.7 Émanations Compromettantes Electromagnétiques des Claviers Filaires et Sans-fil – Martin Vuagnoux et Sylvain Pasini

Cette présentation, qui aborde principalement le problème des émanations électromagnétiques des claviers PS2 ouvre des pistes de réflexions plus large sur les autres périphériques du même type.

Pour commencer, un historique mis en scène joliment dans une présentation très stylée rappelle les problèmes liés aux émanations sonores, visuelles, et aux vibrations.

  • 1899 : avec les lignes téléphoniques non torsadées, les usagers constatent ce qu'on appelle le crosstallk, c'est-à-dire qu'on entend une conversation d'autres interlocuteurs.
  • 1924 : le phénomène de boucle d'induction dans les tranchées, un seul fil et une pique dans la terre pour la masse.
  • 1944 : sur une machine de chiffrement, les émanations étaient perceptibles à plus de 25 mètres, et permettaient une récupération de plus de 75% du texte clair.

L'orateur présente le mode opératoire, explique la capture d'un jeu de données à l'aide d'une antenne (chère), d'un oscillateur et, pour la capture et l'interprétation, c'est un Mac qui a fait l'affaire.

Le point à retenir, en particulier sur les claviers PS2, qui utilisent une tension de 15V, c'est surtout qu'ils utilisent chacun une fréquence caractéristique, qui permet d'isoler et identifier un clavier d'un modèle et d'un constructeur spécifique même dans un environnement où plusieurs claviers sont utilisés simultanément. La difficulté reste toujours de trouver le moment où déclencher la capture.

Toute la difficulté dans la vraie vie est donc d'identifier le déclencheur. Pour la capture de l'émanation électromagnétique, la portée est de 20 mètres au mieux avec la matériel à la disposition de l'équipe.

La démonstration consiste en une vidéo, qui présente l'équipement de capture dans un bureau, puis une saisie en aveugle dans un autre bureau, et l'affichage de ce qui a été saisi en clair sur le moniteur du Mac dans le premier bureau.

Ce qui est annoncé ici pour des claviers filaires peut aussi être extrapolé aux claviers sans fil. Cependant, en raison d'un accord contracté avec la conférence Usenix, il n'y aura pas de révélation au SSTIC.

Questions

« Est-ce possible de détecter les micros espions ? »

C'est possible aussi. Il y a une anecdote avec les détections par injonction linéaire. C'est vraiment risqué. Tous les opérateurs qui s'y sont frottés sont morts. De fortes puissances à fréquence de micro-ondes sont utilisées. En gros, l'espérance de vie est d'un an.

« Est-ce plus difficile de capter les émanations électro-magnétiques des ordinateurs portables ? »

En théorie, c'est plus difficile, parce que les claviers des ordinateurs portables sont supposés utiliser la norme USB, mais, à y regarder de plus près, pour des raisons de coût, un grand nombre de constructeurs continuent de livrer des claviers PS2 dans les ordinateurs portables. La différence, la plupart du temps, c'est la taille du câble.

« Pour les petits appareils, y a-t-il des résultats ? »

L'équipe a mené des essais sur les bancomats. Et il y a des résultats. Mais, il n'y a pas le droit de les diffuser. De vagues essais ont été menés sur des vieux téléphones, mais aucune stratégie n'a été élaborée pour le moment.

3.8 Conférence invitée – Dominique Chandesris

Cette présentation insiste sur le maillon humain. Le sujet est traité très différemment de ce que l'on a pu entendre jusqu'à présent.

Son analyse sociétale, étayée par une impressionnante bibliographie, l'engage à soutenir et encourager la résistance humaine, sans trop charger la barque.

À ses yeux, l'information, la formation est une hérésie. Ce message va d'une certaine manière à l'encontre de ce qui a été affirmé pendant le reste de la conférence.

Et pour illustrer ce propos, il insiste sur la délégation de sécurité que nous accordons tous à titre personnel pour tous les équipements, qu'il s'agisse de téléphone, de connexion à un réseau public, etc. Ceci est vrai pour deux raisons au moins :

  • Nous n'avons à titre individuel pas de besoin particulier de sécurité sauf pour des usages particuliers.
  • Nous avons globalement confiance dans l'opérateur, l'exploitant d'un service, et c'est justement sur la confiance que se basent la plupart des relations en société.

Il faut être clair, l'orateur souhaite provoquer la réaction des auditeurs, à travers le contenu de sa présentation, mais aussi par la forme.

Il y a eu plusieurs questions et commentaires, mais je ne reprends ici que l'un d'entre eux.

Question

« Concernant l'intrusion dans la sphère privée, notamment avec les téléchargements de pair à pair, des solutions techniques existent pour cacher du trafic. »

Il est effectivement possible de chiffrer du trafic, et l'orateur soutient la technique de deep packet inspection qui est la seule à même d'aider des enquêteurs à identifier des crimes et délits.

Par ailleurs, en cas de crime ou délit avéré, le chiffrement pour empêcher l'accès à des informations sur la nature des infractions est une circonstance aggravante.

Conclusion

Le symposium est un endroit très intéressant pour apprendre plein de choses. Ce n'est pas l'endroit idéal pour faire des rencontres, même au milieu de 420 personnes motivées.

Si certains orateurs mettent l'accent sur la compétence à tout crin, en avançant la formation et la sensibilisation comme seule solution aux risques de sécurité, la réalité est évidemment bien plus complexe, et la clef réside dans l'humain et les liens sociaux.

Références

Un grand merci aux Mongueurs francophones pour la relecture !