Les articles de GNU/Linux Magazine N°114

Article mis en avant

ZFS sous GNU/linux

Un système de fichiers révolutionnaire qui s'auto-répare, permet l'utilisation d'un genre de raid (niveaux 0, 1, 5 et même 6), permet la compression et la création de snapshots à la volée, possède des limites qui n'ont aucune signification physique aujourd'hui et fonctionne sous GNU/Linux. Pas possible ? ZFS !
De la réduction de la diversité dans l’écosystème du logiciel libre. « Voilà un titre qui présage de plein de choses », allez-vous me dire. Le genre de phrase que l’on lancera sans problème en réunion entre un « pérenniser l’efficience open source » et un « business process management à fort potentiel ». Et pourtant...
Que ce soit par nécessité (votre programme se comporte étrangement) ou pour parfaire vos connaissances (apprendre, c'est un petit peu le point commun de tous les lecteurs de ce magazine), chercher à comprendre les interactions qui existent entre un programme et le noyau Linux est une étape importante dans la vie du programmeur Linux. Dépositaire de ce savoir, vous serez alors capable de développer des applications permettant de déboguer des programmes, mais aussi de tracer plus simplement les appels système émis par vos applications.
Le système de fichiers ext4, successeur d'ext3, est apparu en version stable dans le noyau 2.6.28 publié en décembre 2008. Il existait depuis 2 ans en version -dev, c'est-à-dire que son usage était déconseillé en production. Sa sortie en version stable indique qu'il est désormais mature pour servir au quotidien.
Cet article présente la mise en place d’un système d'authentification SSO (Single Sign-On) de type CAS (Central Authentification Service) sur un ou plusieurs serveurs WEB utilisant le langage PHP.
Sur Wikipédia, dans le résumé du roman L'Histoire sans fin, on peut lire ceci : « Bastien, un jeune garçon, emprunte en douce un livre intitulé L'Histoire sans fin dans une librairie après que le libraire lui a dit que ce livre était dangereux. Au fur et à mesure qu'il avance dans la lecture du livre, il se retrouve lui-même faisant partie de la quête dont le but est de sauver le monde et les habitants du Pays Fantastique. »
La Playstation Portable (PSP) est un ordinateur, généralement utilisé comme console de jeu, à base de processeurs MIPS1, fournissant quelques interfaces avec l’utilisateur (boutons, port série, USB et wifi), un clavier de bonne qualité et plus de 32 MB de RAM sans MMU2. Il s’agit donc d’un environnement idéal pour faire tourner uClinux. Nous basant sur divers projets actifs sur le web, nous présentons les étapes pour installer un système uClinux fonctionnel sur cette plateforme, et l’ajout d’une interface avec clavier PS2 pour faciliter les développements. Il s’agit là de bases qui doivent encourager le lecteur à contribuer au portage d’uClinux sur PSP, puisque le support de nombreux périphériques est encore absent du noyau.
La domotique peut être définie comme l'ensemble des moyens vous permettant d'automatiser tout ou partie de l'équipement de votre maison. On peut citer, comme exemple, la lumière, les volets, le portail, mais aussi des éléments moins « mécaniques » comme le téléphone, la musique, la météo, etc.Si de (trop) nombreuses technologies existent sur le plan matériel, il est en revanche plus compliqué de trouver une interface logicielle permettant de centraliser la programmation, la visualisation ou la supervision des éléments automatisés au sein de la maison. C'est face à ce constat que le projet Domogik a vu le jour.
Les machines virtuelles en exploitation. Y’en a marre des discours marketing qui incitent les développeurs à faire n'importe quoi. Et ils s'y précipitent sans recul, avec la certitude d'avoir fait les bons choix, alors qu'ils ne font que suivre des discours lénifiants. Où sont les petits artisans qui façonnent un code avec de bons produits, qui réfléchissent avant d'agir ?
Papi regarde comment qu’on arrive à tuer le méchant 3ème niveau dans « Total violence annihilate the world of the death ». T’as vu comment il est vraiment bien ce « quake like », les mesh cell shadés sont superbes, et on a jamais fait mieux.Oh là les enfants, avant de vous ébahir sur ce truc, laissez-moi vous parler de l’époque des super héros du « code ». Cette époque où les hackers arrivaient à faire prendre souche à leurs rêves avec des machines dites « MicroLoisir ». C’était la bonne vieille époque des space invaders et des « Pacman ». Bref, papi pourrait vous parler du bonheur du clavier du TO7/70 ou encore de l’assembleur de l’Atari 520 ST, mais, surtout, les enfants, n’oubliez pas que le monde du jeu vidéo a débuté il y a bien bien longtemps.
Cet article, le premier d'une série de deux, se propose d'illustrer les techniques de bindings de code C en OCaml avec un exemple pris dans la bibliothèque Ogg. Le but est de montrer comment le binding OCaml permet d'automatiser les tâches bas niveau du programmeur afin de se concentrer, dans le code OCaml, sur l'implémentation à proprement parler et la logique de programmation.
Dans le domaine du web, le langage Python est resté jusqu'ici assez discret, bien qu'il soit intensivement utilisé depuis une dizaine d'années. Sa discrétion est principalement due à trois facteurs : tout d'abord, il y a peu de moyens de savoir qu'un site fonctionne avec Python. L'exposition directe des fichiers PHP par les serveurs web sous la forme d'URL se terminant par « .php » a été une source importante de visibilité dont profite rarement Python. D'autre part, les questions du déploiement ont joué un rôle important : bien qu'il soit en théorie possible, le déploiement par simple glisser-déposer dans un client FTP n'est pas la méthode la plus courante et mettre en place une application Python nécessite souvent un accès au shell, chose rare dans les hébergements mutualisés. La raison principale est que la majorité des applications Python, comme les applications Java, sont des long-running processes, c'est-à-dire un processus permanent, distinct du serveur web principal. Enfin, le Python étant avant tout le fruit d'une communauté de personnes et d'entreprises, il ne bénéficie pas des efforts marketing d'une entité unique essayant d'imposer sa technologie.
L'article précédent vous a proposé un survol des trois frameworks. Nous allons maintenant approfondir un peu en détaillant le découpage MVC, puis nous terminerons par un aperçu de leur modèle de sécurité et des interfaces d'administration offertes.