Dimension cybernétique du conflit libyen de 2011

MISC n° 060 | mars 2012 | Daniel Ventre
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Au milieu du mois de février 2011 éclatent en Libye des manifestations qui dégénèrent rapidement en révolte. En Tunisie et en Égypte, les deux pays voisins, les populations se sont soulevées et ont chassé leurs dirigeants. Le cyberespace a, dit-on, joué un rôle majeur dans le succès des révoltes populaires : on parle des révolutions Facebook. Mais le contexte libyen est différent : la population est moins « connectée » qu’en Tunisie ou en Égypte (§I) ; le régime est décidé à tenir sa place, les rebelles à combattre, la violence qui se déchaîne transforme la révolte en guerre civile ; la communauté internationale intervient ; les armes parlent. Le cyberespace n’en demeure pas moins central dans le conflit (§II), devenant un lieu d’affrontement et un objet de lutte entre partisans et adversaires du régime du colonel Kadhafi. L’après-Kadhafi sera le temps des bilans, mais aussi des révélations (§III).

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder à cet article