Bash, les bonnes pratiques

GNU/Linux Magazine n° 192 | avril 2016 | Romain pelisse
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

À l'heure du DevOps et de l'« infrastructure as code », la conception de scripts Bash est loin d'avoir disparu, comme certains le pensaient il y a quelques années. Avec des besoins d'automatisation de plus en plus présents, mais aussi de plus en plus souvent placés entre les mains de développeurs plutôt que d'administrateurs système, de nombreux scripts sont produits, et jouent des rôles toujours plus critiques dans la maintenance des systèmes.Mais, paradoxalement, si ces développeurs sont souvent des experts sur leur langage de programmation, qu'il s'agisse de Java, C# ou autre Python, ils semblent souvent comme frappés d'amnésie quand ils implémentent leurs scripts Bash ! En fait, si la syntaxe de ce dernier est très permissive, et ses mécanismes d'interprétation très différents d'un langage de programmation dit « traditionnel », il n'en offre pas moins de nombreuses techniques et pratiques pour en assurer une exécution propre, saine et fiable – pourtant peu utilisées. Démonstration.

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder à cet article